Tône : des acteurs locaux de développement informes des opportunités de financement du FVC à Dapaong

Dapaong, 1er déc. (ATOP) – Des acteurs locaux de la région des Savanes ont pris  part, les 30 novembre et 1er décembre à Dapaong,  à un atelier régional d’information sur les opportunités de financement du Fonds vert pour le climat (FVC).

L’atelier a regroupé une cinquantaine de responsables des services déconcentrés et décentralisés de l’Etat, des ONG,  de la société civile et des associations de femmes transformatrices. Il s’inscrit dans le programme de préparation du Togo à l’accès aux financements du fonds vert pour le climat, entrepris par le ministère de l’Environnement et des Ressources forestières avec le soutien financier du Fonds vert pour le climat et l’appui technique du centre de suivi écologique de Dakar.

L’objectif principal de cet atelier est d’informer ces acteurs locaux  des opportunités offertes par le fonds vert pour le climat pour la mise en œuvre des principales stratégies nationales de développement en relation avec le changement climatique. Il s’est agi spécifiquement de renforcer leurs capacités techniques en changements climatiques en général et pour chaque région du Togo en particulier. Il a été aussi question de les former et informer sur le fonds lui-même, ses politiques, ses domaines d’impact stratégiques, ses priorités d’investissements et ses procédures et modalités d’accès ainsi que sur l’identification des projets (FVC). Plusieurs communications ont été développées à savoir : introduction aux changements climatiques, aperçu sur le Fonds vert pour le climat/ opportunités, les éléments essentiels pour accéder aux ressources du FVC, processus d’approbation du projet pour le compte de la région des Savanes et la maîtrise des différents modèles de projets de FVC.

Le préfet de Tône, Tchimbiandja Yendoukoa Douti a exprimé sa gratitude au secrétariat permanent du FVC qui a accepté accorder une  2ème subvention au Togo. Il a indiqué que le Togo fait face à des menaces graves résultant des effets néfastes du changement climatique, notamment les inondations, la diminution de la pluviométrie, l’appauvrissement des sols et l’accélération de l’érosion côtière.

Pour répondre à ces multiples défis, précise-t-il, le gouvernement togolais s’est engagé à lutter contre les changements climatiques. Le préfet a exhorté tous les acteurs à saisir les opportunités qu’offre le FVC en vue de lutter efficacement contre les effets du changement climatique.

Pour le directeur régional de l’Environnement des Savanes, Laré Palmague  et le coordonnateur du programme de préparation du Togo à l’accès au FVC, Agrigna Esso-Sam « le fonds vert sera non seulement la marque de solidarité ; mais une capacité pour que l’économie mondiale puisse s’engager vers un nouveau modèle de développement».

Le fonds vert pour le climat, créé en 2010 lors de la Conférence des Nations Unies sur le climat à Cancun (Mexique) a pour but de mobiliser des ressources financières conséquentes en vue de promouvoir le changement de paradigme vers des modèles de développement résilient au climat et sobres en carbone. ATOP/GS/BV

A lire aussi