Tone/campagne de reboisement 2021-2022: la cellule d’appui des producteurs agricoles des savanes dresse le bilan

Tone/campagne de reboisement 2021-2022: la cellule d’appui des producteurs agricoles des savanes dresse le bilan

Dapaong, 13 mai (ATOP) – La Cellule d’appui des producteurs agricoles des Savanes (CAPAS), basée à Ogaro dans la préfecture de Kpendjal-ouest avec l’appui financier de l’ONG française « Un Village Gaulois pour l’Afrique (VGPA) », a dressé le bilan de la campagne de reboisement de 2021-2022 lors d’une rencontre le jeudi 12 mai à Dapaong.

Cette activité a été marquée par la projection d’une vidéo qui retrace les témoignages de quelques bénéficiaires, les résultats de la campagne 2021-2022, les perspectives de reboisement pour la campagne 2022-2023.

Les résultats de la campagne de reboisement sont estimés très satisfaisants avec un taux de réussite de 87%, a indiqué le coordonnateur adjoint de la CAPAS, Gangak Kolani. En termes de bilan, M. Kolani a relevé que les résultats montrent que la CAPAS a aménagé les forêts communautaires à Monpante et celle privée de Gériko à Borgou puis reboisé les flancs de montagne de Tchindique dans le canton de Pana. En termes de difficultés, il a énuméré la pulvérisation du champ ou de la parcelle reboisée à l’aide des herbicides surtout en 1ère année de reboisement et la présence des termites sur le sol reboisé constituant les principales menaces qui peuvent mettre à mal le reboisement dans la région des Savanes.

« Pour mieux réussir le reboisement, il faut des reboisements intéressés puisque la terre appartient aux producteurs. Il faut leur proposer une pratique où ils trouvent leur intérêt, notamment le Cassia Siamea qui produit une grande quantité de bois de chauffe et enrichit en même temps le sol », a-t-il dit. Pour avoir de bons résultats, précise M. Kolani, la CAPAS a retenu 8 secrets dont la patience, s’appuyer sur un noyau dans les villages pour le début, utiliser les jeunes plants âgés de 3 à 4 mois, faire en sorte que le reboisement commence en juin et prenne fin au plus tard le 15 août. « Il faut déconseiller le reboisement à base de l’Eucalyptus qui détruit le sol et pompe énormément de l’eau », a conseillé le coordonnateur adjoint.

Dans les perspectives, la CAPAS et son partenaire entendent mettre en terre 700 jeunes plants de baobab pour la campagne 2022-2023 dans le cadre du projet « Une femme de ménage des villages d’Ogaro, Bombengou et Kpendjaga, un Baobab ».

Le préfet de Tône, Tchimbiandja Yendoukoa Douti a salué la CAPAS et son partenaire pour les efforts qu’ils fournissent dans la région en matière de protection de l’environnement. Pour lui, « aujourd’hui, nul ne peut ignorer les effets néfastes du changement climatique qui sont de plus en plus visibles, entre autres, le dérèglement des pluies, la sècheresse qui est de plus en plus longue avec la chaleur insupportable ». Il a exhorté les producteurs agricoles de la région des Savanes à adopter pour l’agroforesterie comme bonne pratique agricole.

La CAPAS et son partenaire ONG VGPA interviennent dans les domaines de l’environnement, l’agriculture durable et l’éducation formelle dans le but de l’atteinte des Objectifs de développement durables (ODD 12 et 13) et la feuille de route gouvernementale 2020-2025.

ATOP/GS/OAF

Digiqole Ad

Article similaire