Promotion de l’agriculture de précision : la journée porte ouverte 2022 sur les essais agronomiques en champ sous culture de maïs tenue à Nigbaoudè

Promotion de l’agriculture de précision : la journée porte ouverte 2022 sur les essais agronomiques en champ sous culture de maïs tenue à Nigbaoudè

Sokodé, 16 sept. (ATOP) – La Journée porte ouverte (JPO 2022) sur les essais agronomiques en champ sous culture de maïs de l’année 2022 s’est tenue, le jeudi 15 septembre sur le site de Nigbaoudè, dans le canton de Kparatao (préfecture de Tchaoudjo). Cette journée est organisée par l’Institut de Conseil et d’Appui Technique (ICAT) en collaboration avec l’Ecole Supérieure d’Agronomie de l’Université de Lomé (ESA/UL) et African Plant Nutrition Institute (APNI).

La JPO est évènement initié par ICAT et ses partenaires qui conduisent depuis 2020 à ce jour des activités d’expérimentation agricoles impliquant des producteurs de maïs des régions Centrale et des Savanes. Ces activités de recherche et développement se situent dans le contexte de la promotion de l’agriculture de précision qui combine les travaux de recherche sur le sol, le climat et le végétal pour arriver à des technologies qui aboutissent à « investir peu et à gagner gros ».

Cette édition a mobilisé une soixantaine de participants du Maroc et des régions Maritime, Centrale et des Savanes. Elle a été marquée par une réunion des acteurs à Sokodé dans la commune de Tchaoudjo1, et une visite par les participants de quelques parcelles d’essai en cours auprès de quelques producteurs bénéficiaires impliqués sur les sites de Nigbaoudè et de Lama-Tessi, chef-lieu de la commune de Tchaoudjo2.

Le but visé par ces activités d’expérimentation, en lien avec la promotion de l’agriculture de précision, est de reformuler les essais de gestion des nutriments à l’échelle du champ pour élaborer une plateforme scientifiquement valide qui va appuyer le Projet de transformation agricoles catalysée par les nutriments (NUTCAT) dans le développement des pratiques de gestion efficientes des nutriments sous cultures annuelles (maïs, blé et riz) et prouvées aux agriculteurs africains pour ainsi catalyser leur adoption et leur dissémination.

La JPO, quant à elle, vise à sensibiliser davantage la population des régions ciblées sur les enjeux de cette expérimentation pour un engagement réel dans la promotion et l’adoption des bonnes pratiques de l’agriculture de précision. Elle a permis, entre autres, de présenter les objectifs et stratégies de mise en œuvre des expérimentations et ceux du projet NUTCAT aux participants et de partager avec eux les points forts des résultats des essais conduits de 2020 à 2022. Elle a servi aussi de cadre pour échanger autour de quelques parcelles d’essai mises en place au cours de cette année en 2022 dans Tchaoudjo et de discuter des perspectives de la campagne agricole ainsi que des années futures.

Le deuxième adjoint au maire de la commune de Tchaoudjo1, Ouro-Bang’na Bouwèï a salué le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé pour ses efforts en faveur de la promotion de l’agriculture. Il a également remercié les partenaires techniques et financiers pour leur accompagnement. M. Ouro-Bang’na a appelé les acteurs à tirer des leçons préliminaires sur l’utilisation raisonnée des nutriments en culture sous maïs en attendant la fin des expérimentations qui permettront de valider et de vulgariser les méthodes de bonnes productions de maïs.

L’agriculture de précision, gage de la sécurité alimentaire

Le responsable de l’agriculture de précision à l’APNI, Dr Steve Phillips reste convaincu que de cette rencontre sortiront des informations utiles permettant d’atteindre l’objectif qui est de promouvoir l’agriculture de précision, gage de la sécurité alimentaire. Il a rappelé que son institution, apolitique et à but non lucratif, siège en Côte d’Ivoire et au Kenya où elle couvre respectivement l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique de l’Est.

« On ne peut plus se permettre de se lancer dans l’agriculture au hasard, nous devons transiter vers l’agriculture de précision, en utilisant peu d’intrants pour gagner beaucoup », a martelé le coordonnateur national de APNI, Pr. Jean Sogbedji. « Avec cette agriculture, on peut promettre que des rendements qui sont autour d’une tonne ou d’une tonne et demi, on peut aller jusqu’à 5 tonnes par hectare », a-t-il affirmé.

Le directeur régional de l’Agriculture, de l’Elevage et du Développement Rural, Djobo Solizama a renchéri « nous devons travailler à la promotion et à l’adoption de cette agriculture de précision afin que nous puissions améliorer les productions, les rendements agricoles pour assurer la sécurité alimentaire ». Il a remercié le président de la République, Faure Gnassingbé qui, à travers sa politique agricole, a mis en place un plan stratégique Togo 2025 avec pour objectif l’amélioration des productions agricoles.

Le directeur régional de l’ICAT-Centrale, Issifou Amadou a confié que le projet a ciblé dans sa phase expérimentale 10 producteurs de maïs dans la région Centrale et 10 autres dans les Savanes. A l’en croire, les résultats sont déjà encourageants c’est pourquoi le projet sera étendu aux autres producteurs du pays.

Les bénéficiaires ont témoigné des avantages de l’agriculture de précision et avouent avoir enseigné les techniques à d’autres producteurs qui étaient émerveillés par leurs rendements. « J’ai bénéficié du projet en 2021. J’apprécie la nouvelle technique de production. Dans le nouveau champ expérimental, j’ai récolté l’année passée 39 sacs de maïs contre 12 sacs à l’hectare dans l’ancien champ. Vraiment je ne m’y attendais pas je suis très content. D’autres agriculteurs m’ont approché pour que je leur enseigne », a confié Moussa Amadou, bénéficiaire de la région des Savanes.

Même sentiment de satisfaction chez Sadamba Koudjounini, agriculteur à Nigbaoudè, « Ça fait 20 ans que je cultive. A peine je faisais une tonne par hectare. Mais grâce au projet j’ai récolté l’année dernière deux tonnes et demi et cette année ça va dépasser », a-t-il dit.

ATOP/MEK/AJA

Digiqole Ad

Article similaire