Promotion de la culture kabyè : des jeunes formes sur la fabrication et le maniement des instruments de musique traditionnel

Kara, 28 déc. (ATOP) – Trois jeunes de la préfecture de la Kozah ont reçu, le lundi 27 décembre à Landa dans la commune Kozah1, leurs attestations de fin de formation en techniques de fabrication et de maniement des instruments de musique traditionnels Kabyè.

Cette formation, une initiative du promoteur culturel, Edjatefaï Massamaesso, a reçu l’appui financier du Fonds d’Aide à la Culture (FAC) dans le cadre du « projet de renforcement de capacités en matière de sauvegarde des savoirs et savoirs faire liés à la facture des instruments de musique traditionnels et à la danse So ». Elle entend orienter les jeunes vers les instruments de musiques autrefois utilisés par les aïeux qui tendent à disparaitre à cause du modernisme afin de les aider à renouer avec la culture Kabyè. Il s’agit aussi d’amener les jeunes à acquérir des connaissances sur les techniques de fabrication des différents instruments qui interviennent dans la danse « So » et de les encourager à mieux les valoriser pour les générations futures.

Cette formation sur trois ans a permis à ces jeunes de la Kozah d’être initiés à la fabrication de différents instruments de musique traditionnels à partir du bois, de l’argile ou d’autres matières. Ils ont aussi appris à les manier, à les jouer et à composer avec eux pour leurs sensorielles sonorités ancestrales mais originales. Il s’agit notamment des instruments «Akrima», un instrument accompagnateur dans la danse «So», « Longassé », les tambours d’aisselle utilisés pour la communication (tam-tam parlant) et «Kadjatassé», les castagnettes traditionnelles. A ces instruments s’ajoutent d’autres comme les « Hissé », les flûtes fabriquées en pays Kabyè, les « Awaba » qui sont des ornements dans la danse « So » et aussi des pots en argiles cuits.

Selon le promoteur culturel, la jeune génération a perdu tout le sens de maniement des instruments et de la danse « So »,  c’est pourquoi ce projet a été initié pour ramener les jeunes à la source de la tradition Kabyè. M. Edjatefaï a souligné que le projet a permis également d’ouvrir une boutique d’exposition et de vente des instruments de musique traditionnels Kabyè. Cette boutique, a-t-il poursuivi, favorise la promotion, la diffusion, la préservation et la sauvegarde du patrimoine culturel Kabyè. Elle sert également à archiver les instruments traditionnels de musique et de communication du peuple Kabyè. M. Edjatefaï a remercié le gouvernement qui, à travers le FAC soutient les artisans pour la promotion de la culture togolaise. « Nous avons aussi produit une documentation sur les instruments de musique traditionnels Kabyè et leurs utilités et nous demandons aux bonnes volontés à nous aider à la publier pour les générations futures », a-t-il indiqué.

Le chef canton de Landa, Heyou Bernard, représentant le préfet de la Kozah, a salué l’initiative de cette formation qui vient rappeler à la jeune génération la culture du peuple Kabyè. Il a félicité le promoteur pour l’ouverture de la boutique des œuvres traditionnelles qui constitue en quelque sorte un musée où est conservée et exposée, l’histoire culturelle de la musique Kabyè en général et de la danse « So » en particulier. Il a invité le public à visiter à tout moment cette boutique pour se ressourcer.

M.Ataba Abossou, l’un des récipiendaires, a, au nom de ses camarades, témoigné toute sa gratitude au promoteur pour son dévouement à leur transmettre son savoir-faire. Il a promis mettre tout en œuvre pour la promotion de la culture Kabyè au Togo.

ATOP/AEM/BA

A lire aussi