Projet « renforcement de la société civile pour la promotion de la gouvernance participative » :  les activités lancées à Dapaong

Projet « renforcement de la société civile pour la promotion de la gouvernance participative » : les activités lancées à Dapaong

Dapaong, 19 mai (ATOP) – Plan International Togo en consortium avec la Fédération des organisations de développement des Savanes (FODES) et le Réseau pour la communication sociale et l’action directe (RE-COSAD) a lancé les activités du projet « Renforcement de la société civile pour la promotion de la gouvernance participative », le mercredi 18 mai à Dapaong.

D’un coût global de 361.741.263 F CFA, ce projet a bénéficié de l’appui financier de l’Union Européenne et de Plan International Suède pour une durée de trois ans, soit du 1er février 2022 au 31 janvier 2025. Il sera mis en œuvre dans les 16 communes de la région des Savanes en collaboration avec les autorités administratives, les collectivités locales, les organisations de femmes, de jeunes, des personnes handicapées et les médias.

Ce projet a pour objectif de contribuer à créer un environnement favorable à la promotion et à la protection des droits des femmes, enfants/jeunes, y compris les personnes handicapées à travers le renforcement de la redevabilité et la participation citoyenne dans les communes. Il est parfaitement en phase avec l’axe 1 de la feuille de route gouvernementale 2020-2025 qui vise à « renforcer l’inclusion et l’harmonie sociale et consolider la paix ». Il répond aussi aux aspirations du gouvernement et des populations togolaises qui souhaitent que le processus de décentralisation en cours produise un mieux-être pour tous au niveau de chaque commune du pays.

Ce projet permettra de toucher 583.145 membres de plus de 15 ans des communautés de la région des Savanes à travers les OSC, y compris les jeunes, les femmes, les personnes handicapées, les hommes ciblés, les médias et les collectivités locales. Les acteurs communautaires, de la société civile et des communes seront outillés sur la budgétisation sensible au genre et à l’inclusion pour promouvoir les droits des femmes, filles et personnes handicapées ainsi que l’égalité de genre dans les 16 communes de la région. Il sera aussi question à travers ce projet de promouvoir la bonne gouvernance, la redevabilité et la transparence à travers le Contrôle citoyen de l’action publique (CCAP) en matière de genre et d’inclusion dans les 16 communes.

Le préfet de Tône, Tchimbiandja Yendoukoa Douti, représentant le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et du Développement du Territoire, a exprimé sa gratitude à Plan International Togo, à l’Union Européenne, à Plan International Suède et à toutes les parties prenantes pour la mise en œuvre de ce projet dans la région des Savanes. Pour lui, « cet important évènement se déroule dans un contexte où la menace de l’extrémisme violent s’exacerbe avec la récente attaque contre un poste avancé du dispositif Koundjouaré, situé dans la localité de Kpekankandi dans la préfecture de Kpendjal, faisant des victimes humaines ». M. Tchimbiandja a exhorté chaque partie prenante à faire preuve d’un sens élevé de responsabilité afin de maximiser les chances de succès de ce projet.

Pour la représentante de la cheffe de la délégation de l’Union Européenne,  Dr. Stéphanie Stasse, « ce projet va donner l’occasion aux populations les plus vulnérables (femmes, enfants/jeunes et personnes handicapées) de pouvoir s’impliquer dans la gestion de la vie communale ». A l’entendre, l’UE souhaite que ce projet permette de renforcer les capacités des populations et des administrations décentralisées afin qu’elles favorisent une véritable participation inclusive telle que prévue par la loi de la décentralisation.

La représentant-résidente de Plan International Togo, Mme Awa Faly Ba a précisé que « nul besoin de rappeler l’intérêt de Plan International Togo pour cette région des Savanes compte tenu de tous les enjeux qui sont liés à cette région et que nous ne manquons pas de souligner notre volonté ferme de contribuer à l’apaisement, à la cohésion sociale et à la culture de la paix dans cette région ».  Pour elle, en restaurant aux populations la capacité de contribuer à l’analyse des défis, à la formulation des solutions en termes de gouvernance locale, son institution donne là une opportunité aux communes d’être les espaces de développement sociale, économique et des centres de l’expression de la démocratie et de la citoyenneté active.

La signature de la charge du projet par les parties prenantes a mis fin à cette cérémonie de lancement à laquelle ont assisté des préfets de la région, des maires, chefs de services déconcentrés de l’Etat, chefs religieux et traditionnels. Des représentants des OSc et des médias de la région des Savanes étaient également présents.

ATOP/BBG/OAF

Digiqole Ad

Article similaire