Mise en œuvre du PASSCO 2 : Le Premier ministre a lancé les activités à Konsogou

Dapaong, 1er mars (ATOP) – Le Premier ministre, Victoire Tomegah-Dobgé a lancé le « Projet d’amélioration des conditions sanitaires  en milieux scolaire et rural dans les régions des Savanes et de la Kara (PASSCO 2) », le vendredi 26 février à Konsogou, dans le canton de Nanergou, à 6 km au nord de Dapaong.

Etaient présents à cette cérémonie de lancement, des membres du gouvernement, l’ambassadrice de France au Togo, Mme Jocelyne Caballero, le directeur de l’Agence Française de Développement (AFP), François Jacquier, les autorités locales des Savanes et diverses autres personnalités.

Financé à hauteur de 6,58 milliards de F CFA par la République Française sous forme de don, à travers l’AFD,  les travaux du projet PASSCO 2 consistent à réaliser 400 nouveaux forages équipés de pompes à motricité humaine  dans les régions des Savanes et de la Kara,  à réhabiliter 200 anciens forages et à construire 200 latrines communautaires  de type ECOSAN. Ces ouvrages seront réalisés de façon équitable dans les deux régions.

Le projet contribuera à l’atteinte des objectifs de la feuille de route du gouvernement en faisant passer le taux de couverture à l’eau potable en milieu rural de 77% à 85% dans la région de la Kara et de 67% à 72% dans la région des Savanes. Le gouvernement en réalisant ces ouvrages, entend garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement puis assurer une gestion durable des ressources en eau. Il s’agit aussi d’éliminer la pauvreté, d’améliorer la santé et  de promouvoir la scolarisation dans les zones défavorisées telles que les milieux ruraux.

 Ce projet aura un impact direct sur les femmes qui représentent  52% de la population togolaise et constituent les premières utilisatrices de l’eau pour les travaux ménagers, le maraîchage et l’élevage familial. La réalisation  va réduire le temps et la corvée des femmes et jeunes filles qui parcourent parfois plus de 5 km pour rechercher de l’eau.

Le ministre de l’Eau et de l’Hydraulique villageoise, Tiem Boldja a fait savoir que ce projet est en phase avec la vision du gouvernement, celle « de faire en sorte que chaque Togolais où qu’il se trouve, ait accès à l’eau, sur une distance de moins de 500 m, en quantité et en qualité ». Ce qui permettra, selon lui, d’épargner aux populations bénéficiaires des maladies hydriques, notamment le choléra, la diarrhée et la dysenterie, entre autres.

Le ministre Tiem  a salué l’engagement du président de la République qui a permis au Togo d’augmenter de façon conséquente le taux d’accès des populations à l’eau et aux ouvrages d’assainissement. « Aujourd’hui, des milliers de forages ainsi que plusieurs projets d’extension du réseau de distribution d’eau de la TDE ont été réalisés», a-t-il relevé.

L’ambassadrice de France au Togo, Mme Jocelyne Caballero a, quant à elle, souligné « que sans eau, il n’y’a que pauvreté, souffrance, maladie, faim et parfois la guerre ». « Au Togo, au cours des dernières années, le taux de desserte en eau potable a connu une nette augmentation passant de 46% en 2000 à 62% en 2016. Mais beaucoup reste à faire, notamment en milieu rural où les taux de desserte sont les plus bas et singulièrement dans la région des Savanes où nous nous trouvons aujourd’hui », a-t-elle déclaré. La diplomate française a réitéré l’engagement de son pays à « contribuer aux objectifs énoncés en inscrivant le financement d’infrastructures durables d’accès à l’eau et à l’assainissement comme une des actions prioritaires de sa coopération avec le Togo ».

Les populations des Savanes, à travers leur porte-parole, Mme Tambaté Salamatou ont exprimé leur reconnaissance au chef de l’Etat pour cette œuvre salvatrice. Elles ont promis non seulement jouer leur partition dans la l’exécution  du projet mais aussi prendre soin des ouvrages une fois réalisés

La visite d’un forage à l’EPP Konsogou par le Premier ministre et les autres officiels a mis fin à la cérémonie de lancement. ATOP/BBG/BV

A lire aussi