Kozah :  une journée de réflexion sur la protection des enfants,  des filles et des femmes tenue à kara

Kozah : une journée de réflexion sur la protection des enfants, des filles et des femmes tenue à kara

Kara, 22 oct. (ATOP) – L’association Petite sœur à sœur (PSAS) a organisé une journée de réflexion axée sur la thématique «Collaboration entre les acteurs étatiques et les acteurs communautaires pour une meilleure protection des enfants, des filles et des femmes », le mercredi 21 octobre à Kara.

La rencontre est soutenue financièrement par Action Medeor et le ministère fédéral de la coopération économique et du développement de l’Allemagne (BMZ). Elle s’inscrit dans le cadre du projet « Prévention de la violence sexuelle et basée sur le genre et renforcement de la santé sexuelle et reproductive et des droits des enfants et adolescents au Togo ».

Cette journée de réflexion a pour finalité de mettre en place un cadre de concertation et de collaboration entre les acteurs étatiques, communautaires et ceux de la société civile de la préfecture de la Kozah en vue de leur implication dans le processus de protection des droits des enfants, des filles et des femmes. Il a été également question de les amener à identifier et à dénoncer les cas de violences exercées sur les enfants, les filles et les femmes dans les communautés respectives auprès des autorités et des instances compétentes.

Les travaux ont permis aux uns et aux autres d’être édifiés sur les violences et d’échanger sur les cas de violences d’ordre sexuel, physique, verbal, psychologique, moral et économique exercées sur les enfants, les filles et les femmes. Ils ont également partagé les aspects des conséquences qu’entrainent ces violences sur la vie des victimes, notamment la déscolarisation, les troubles psychologiques, les traumatismes, la déperdition scolaire et professionnelle, les grossesses non désirées et précoces, les infections sexuellement transmissibles dont le VIH/SIDA et parfois la mort.

Les participants ont aussi identifié les problèmes potentiels rencontrés dans la gestion des cas de violences et réfléchi sur les approches de solutions pour une meilleure prise en charge des enfants, des filles et des femmes. Des pistes de collaboration avec les services techniques de l’Etat et les organisations civiles dans leurs milieux ont été explorées et un Comité de protection (CP) composé de quarante membres a été présenté aux participants. La mission de ce comité sera, entre autres, de sensibiliser, mener des entretiens, conseiller, écouter et accompagner, coordonner et surtout dénoncer les cas de violences avérées aux différents acteurs de protection qui sont la gendarmerie, la police, la justice, l’Action sociale de la préfecture de la Kozah.

Le représentant du maire de Kozah 1, M. Dové Benoit Josef et le directeur préfectoral de l’Action sociale,  Awidjolo Kpatcha ont exprimé leur gratitude à l’association PSAS et ses partenaires pour leurs actions en faveur des couches sociales et qui sont en adéquation avec la vision du chef de l’Etat et son gouvernement. Ils ont invité les participants à partager leurs expériences avec d’autres acteurs et à s’engager résolument dans la promotion et la protection des droits des enfants, des filles et des femmes dans la préfecture.

La directrice exécutive de PSAS, Mme Yawo-Akototsè Ama a salué les actions engagées par les hautes autorités du pays à travers les institutions pour la promotion et la protection des enfants, des filles et des femmes au Togo comme en témoignent l’adoption de la loi N°2007-017 du 6 juillet 2007 portant code de l’enfant, la mise en place des cadres de concertations et le conseil consultatif des enfants et bien d’autres dispositions prises par l’Etat en la matière.

Mme Yawo-Akototsè tout en déplorant l’augmentation des cas de violences faites à ces couches vulnérables malgré les actions engagées par l’Etat, a souligné que cette journée de réflexion vient à point nommé pour renforcer la collaboration entre les acteurs de protection et de défenses des droits pour une meilleure protection et vulgarisation des droits de celles-ci.

ATOP/TM/OAF

A lire aussi