Kloto/ réintégration des migrants de retour au Togo : les acteurs impliqués renforcent leurs capacités en matière de gouvernance

Kloto/ réintégration des migrants de retour au Togo : les acteurs impliqués renforcent leurs capacités en matière de gouvernance

Kpalimé, 24 nov. (ATOP) – Les acteurs impliqués dans le processus de réintégration des migrants de retour au Togo ont participé, les 23 et 24 novembre à Kpalimé, à un atelier de renforcement des capacités en matière de gouvernance de la réintégration des migrants de retour.

Cet atelier de formation est à l’actif de l’Organisation Internationale pour les Migration (OIM) en partenariat avec la Direction Général de l’emploi (DGE). Il s’inscrit dans le cadre de la deuxième phase du projet FORAS (Renforcement des opportunités de réintégration), avec le soutien financier du ministère des Affaires étrangères de l’Allemagne.

La rencontre a réuni 14 participants des structures étatiques et des organisations de la société civile. Ce sont des agents jouant ou pouvant jouer un rôle dans le processus de réintégration en donnant notamment des orientations aux migrants.

L’objectif est de renforcer les connaissances des différents acteurs nationaux sur l’approche intégrée en vue de leur contribution effective au processus de réintégration des migrants de retour au Togo. Il s’agit d’amener les participants à avoir une meilleure compréhension de l’approche intégrée de la réintégration ; à pourvoir identifier les modalités d’assistance économiques et sociales de la réintégration  et à savoir explorer des projets au niveau communautaire.

La formation a été faite en visio-conférence et en présentiel alternée des exercices pratiques et activités de groupes. Elle a été animée par Corantine Groccia spécialiste en réintégration au bureau régional de l’OIM à Dakar, avec l’appui d’experts nationaux de la Direction générale de l’emploi et de l’Agence nationale pour l’emploi.

La formation a pris en compte plusieurs modules. Ces modules ont  porté sur « L’approche intégrée de la réintégration ; les considérations clés pour la mise en place d’un programme de réintégration ; la réintégration économique ; la réintégration communautaire : cartographie communautaire et exemple de la région; le niveau structurel de la réintégration : mobilisation des acteurs et coordination ».

La mise en œuvre des programmes de l’Aide au retour volontaire et à la réintégration (AVRR) requiert la coopération et la participation d’un large éventail d’acteurs, notamment les migrants, la société civile et les gouvernements des pays d’accueil et d’origine. Les partenariats noués par l’OIM et les diverses parties prenantes nationales et internationales contribuent de manière déterminante à la bonne mise en œuvre de l’aide au retour volontaire et à la réintégration, de la phase précédant le retour à celle de la réintégration.

L’AVRR est indissociable d’une approche globale et intégrée de la gestion des migrations qui vise à offrir la possibilité d’un retour et d’une réintégration en bon ordre et dans des conditions respectueuses de la dignité humaine à des migrants qui ne peuvent ou ne veulent pas rester dans le pays d’accueil et souhaitent retourner volontairement dans leur pays d’origine.

ATOP/AYH/TD

A lire aussi