Dossier / Économie : le portefeuille de la Banque mondiale s’accroit au Togo, des défis persistent

Dossier / Économie : le portefeuille de la Banque mondiale s’accroit au Togo, des défis persistent

Par AMEKOUVO S. Akouétey

Le Groupe de la Banque mondiale (BM) reste l’un des partenaires stratégiques du Togo d’après le rapport sur la coopération au développement 2020. Cette institution financière a contribué à elle seule à hauteur de 20% du montant total alloué par les partenaires au développement du Togo sur les quatre dernières années. Sur cette période, les réformes macroéconomiques et structurelles ont permis une augmentation du portefeuille de la Banque qui est passé de 236,8 millions de dollars en 2018 à 917, 5 millions de dollars, soit plus de 560 milliards de francs CFA en 2022.

Une croissance ascendante du portefeuille de la Banque

Au 31 mai 2022, le portefeuille de la BM compte au total 19 projets pour un montant de 917,5 millions de dollars. Ce portefeuille inclut 11 projets nationaux pour 442 millions de dollars et 8 projets régionaux pour 475,5 millions de dollars. La répartition sectorielle des projets donne 37% pour le développement humain, 19% aux infrastructures, 27% au développement durable et 18% au macro économie. Le financement de la Banque couvre les secteurs comme l’éducation, la santé, la protection sociale, l’agriculture, l’environnement, l’énergie, le digital, les infrastructures et les transports.

« L’engagement de la Banque a été multiplié par quatre sur les quatre dernières années. Les résultats sont édifiants dans plusieurs secteurs et le secteur dans lequel, la Banque a plus intervenu est le développement du capital humain, au niveau de l’éducation, la santé et la protection sociale où il y a des résultats importants », a expliqué la représentante résident de la Banque mondiale au Togo, Mme Hawa Cissé Wagué, en fin de mission après quatre années de mission dans ce pays.

Des résultats encourageants

« L’appui important du Groupe de la Banque mondiale a permis d’engranger des résultats encourageants notamment des réformes entreprises dans le cadre de l’amélioration du climat des affaires qui ont permis au pays d’être classé premier réformateur en Afrique et 3e dans le monde, avec un score de 62,3 sur 65 », a souligné la ministre chargée de la Cellule climat des affaires (CAA) et secrétaire générale de la présidence de la République togolaise, Mme Sandra Ablamba Johnson. Les acquis du partenariat ont favorisé aussi une amélioration sensible de la note de l’évaluation pays des politiques et institutions (CPIA) et l’amélioration des possibilités d’emploi pour les jeunes togolais et l’efficacité des transports.

Au cours des quatre dernières années, nous avons conduit à terme certains projets qui ont eu des impacts certains, s’est réjouie Mme Coralie Gevers, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Togo, le Bénin, la Côte d’Ivoire et la Guinée.

Le secteur privé, au cœur des stratégies

L’appui du groupe de la Banque mondiale a aussi connu une évolution importante avec la présence effective à Lomé depuis 2019, de la Société financière internationale (IFC), la filiale qui appuie le développement du secteur privé. Avec cette présence, IFC a su, entre autres, répondre très rapidement à la vision du gouvernement d’investir dans la digitalisation comme instrument pouvant catalyser le développement économique du pays. Avec son appui dans le déploiement régional des activités de Csquared, le Togo a pu se raccorder au premier câble sous-marin Equiano de Google, un premier en Afrique. En devenant premier opérateur de réseau de fibre à accès ouvert au Togo, « Csquared Woezon Togo » augmentera la capacité disponible, fournira une connectivité abordable et favorisera l’inclusion numérique du pays.

Dans le domaine de la mobilité urbaine, IFC s’est associé à la société Gozem afin de codévelopper une plateforme de financement de véhicules qui permettra à plus de 600 chauffeurs de moto-taxis au Togo et au Bénin d’accéder à un financement automobile abordable pour acheter ou louer des véhicules dans le but ultime d’augmenter leurs revenus.

Des efforts évidents, des défis persistent

« Nous avons fait des progrès, certes ! Mais des défis persistent », reconnais Mme Gevers. Elle s’est dit heureuse que le Togo continue sa trajectoire ascendante et déploie des efforts pour relever des défis comme des infrastructures insuffisantes, une main d’œuvre peu productive et  un faible niveau de capital humain. A ces défis, s’ajoutent, une sous-exploitation des possibilités offertes par les technologies numériques, des carences de gouvernance, des lourdeurs dans les procédures douanières, un manque de services logistiques, un manque de simplification du climat des affaires et une faible participation aux chaines de valeur mondiales.

La ministre Johnson a exhorté tous les acteurs « à redoubler d’effort afin d’améliorer significativement la performance du Togo sur le portefeuille des projets ». Elle avoue que « les attentes des populations sont de plus en plus nombreuses et urgentes », et plaide en conséquence pour « plus de ressources ».

Malgré les défis que le Togo et tous les pays traversent, constate Mme Wagué, « il y a des progrès qui se font et l’on doit continuer dans cette lancée pour avoir plus d’impact sur la population togolaise surtout les plus vulnérables ».

Un partenariat excellent

 Un partenariat excellent lie la Banque mondiale et le Togo. Cette collaboration s’est intensifiée dans le cadre d’un partenariat dénommé « Cadre de partenariat pays (CPP 2017-2022) » axé sur trois piliers à savoir :  la performance du secteur privé et création d’emploi, la prestation de services publics pour renforcer le capital humain, la durabilité et résilience environnementale. Ce cadre de la BM s’aligne sur les axes de la feuille de route gouvernementale 2020-2025 déclinée en trois axes : renforcer l’inclusion et l’harmonie sociale et garantir la paix ; dynamiser la création d’emplois ; moderniser le pays et renforcer les structures. Ce plan gouvernemental comporte 10 ambitions à l’horizon 2025, 36 projets et 6 réformes prioritaires.

Pour la représentante résident de la Banque mondiale, ce partenariat a permis la mise en œuvre du cadre de partenariat pays pour le Togo qui prend fin cette année avec beaucoup de réalisations. Elle s’est dit confiante que le gouvernement togolais prend déjà les mesures appropriées pour mitiger les risques afin d’assurer une relance économique beaucoup plus résiliente et inclusive pour réduire la pauvreté et créer plus d’emplois.

De nouveaux projets en préparation

 Quatre nouveaux projets sont en préparation notamment la connectivité digitale et l’accès à l’électricité ; autonomisation des femmes et dividende démographique ; amélioration de la sécurité hydrique en milieu urbain ; modernisation et renforcement des capacités de l’administration publique. Deux études analytiques sont également en cours d’élaboration à savoir la stratégie intégrée de l’emploi pour le Togo et l’évaluation du secteur des infrastructures de transport au Togo.

La Banque ambitionne par ailleurs finaliser le Diagnostic systématique pays (SCD) et s’active pour accélérer la mise en œuvre des projets en cours, ainsi que la poursuite des réformes afin d’attirer plus de ressources concessionnelles et assurer l’accès aux autres guichets de financements de l’Association internationale de développement (IDA), l’institution du Groupe qui soutient les pays en développement.

Digiqole Ad

Article similaire