Assoli / lutte contre les mariages forcés et précoces : des chefs traditionnels et religieux de la préfecture sensibilisés

Assoli / lutte contre les mariages forcés et précoces : des chefs traditionnels et religieux de la préfecture sensibilisés

Bafilo, 16 juin (ATOP) – L’ONG Alafia, en partenariat avec African Women’s Development Fund (AWDF) basée au Ghana, a organisé le mercredi 15 juin à Bafilo, une sensibilisation sur les mariages forcés et précoces de la jeune fille à l’endroit des chefs traditionnels et religieux de la préfecture d’Assoli.

Placée sous le thème : « Lutte contre les mariages précoces pour l’autonomisation de la jeune fille », cette activité vise à former et obtenir le soutien des chefs traditionnels et religieux dans la lutte contre les pratiques traditionnelles néfastes et les violences faites aux femmes et aux filles. Il s’agit plus spécifiquement de renforcer les capacités ces chefs sur l’éradication des formes de violences faites aux femmes et aux filles et de les accompagner dans la lutte contre le mariage forcé et toutes les formes de violences faites aux femmes et aux filles.

Au cours de la rencontre, les participants constitués en groupes, ont été entretenus sur les conséquences des mariages forcés et précoces et sur ses différents aspects à savoir : abandon de l’école ou de métiers, les complications et infections liées aux grossesses et les humiliations.

Le préfet d’Assoli, Ouro-Gouroungou Horoumila a salué cette initiative de l’ONG Alafia qui permet d’accompagner des leaders communautaires dans la lutte contre les mariages forcés et précoces. Il a invité les participants à tirer meilleur profit de cette sensibilisation pour une lutte efficace contre ce phénomène qui va à l’encontre des principes de l’émancipation de la jeune fille et des femmes.

La directrice exécutive de l’ONG Alafia, Mme Tatey Adzoavi Nyuito, a souligné qu’il s’agit, à travers cette lutte, d’éradiquer les pratiques traditionnelles constituant des formes de violences faites à la gente féminine. « Notre combat contre toutes les mauvaises pratiques à l’endroit de la jeune fille et de la femme s’inscrit dans le projet « Eradication des pratiques coutumières néfastes du veuvage par des plaidoyers à base communautaire au niveau des autorités locales des sept préfectures de la région de la Kara », a-t-elle indiqué.

Les garants des us et coutumes et les religieux ont déploré ces pratiques qui freinent l’évolution de la jeune fille et ce sont engagés à mener une lutte pour mettre fin à ce fléau.

ATOP/SA/TD

Digiqole Ad

Article similaire