Agou/ Grossesses précoces : la population d’Agou Nyogbo-nord sensibilisée

Agou/ Grossesses précoces : la population d’Agou Nyogbo-nord sensibilisée

Agou-Gadzépé, 18 août (ATOP) – La population d’Agou Nyogbo-Nord à environ 10 km d’Agou-Gadzépé a été sensibilisée, le mercredi 17 août, sur les causes et conséquences des grossesses précoces.

Cette sensibilisation à l’actif de l’association Petite sœur à sœur (PSAS), est un volet du projet « Prévention de la violence sexuelle basée sur le genre et le renforcement de la santé sexuelle et reproductive et des droits des enfants et des adolescents au Togo ». Elle est placée sous le thème « Les grossesses précoces en milieu scolaire et extrascolaire ». Cette rencontre a bénéficié de l’appui financier d’Action Medeor et du Ministère fédéral de la coopération économique et du développement d’Allemagne (BMZ). L’objectif est de permettre aux populations, surtout aux jeunes, d’avoir de meilleures connaissances en matière de santé sexuelle et reproductive SSRD et sur les droits humains.

Le directeur préfectoral de l’Action sociale d’Agou, Tantonli Bonli a éclairé l’assistance sur les causes et conséquences des grossesses précoces. Parlant des causes, il a cité, entre autres, les rapports sexuels précoces et non protégés, le viol, le mariage précoce, le manque d’informations en matière de santé sexuelle et de reproduction et la consommation de l’alcool et de substance psychoactive qui peuvent conduire à une activité sexuelle non protégée.

Selon M. Tantonli, la maternité ou paternité non désirée, l’hypertension due à la grossesse, la déscolarisation, le rôle parental non assumé, la mortalité périnatale et néonatale ainsi que des carences affectives sont des conséquences liées aux grossesses précoces.

Un sketch présenté par le comité de protection des droits des enfants a permis de mieux édifier l’assistance sur le thème de la sensibilisation.

La chargée à la communication de l’Association PSAS, Mme Afolabi Salomé a indiqué que de septembre 2020 à mars 2021, le Togo a enregistré un total de 1222 cas de grossesses précoces et non désirées en milieu scolaire. Elle a exhorté les parents à prendre leur responsabilité dans l’éducation des enfants et surtout à entretenir une bonne relation avec eux en vue d’éviter ce mal pour une nation prospère.

Créée en 2010, l’Association PSAS intervient dans les domaines de l’éducation et la formation, la santé communautaire, la promotion et la protection des droits des enfants et de la jeune fille.

ATOP/BSM/BA

Digiqole Ad

Article similaire