12e édition d’octobre rose :  des femmes malades  du cancer de sein  bénéficient de kits de soin

12e édition d’octobre rose : des femmes malades du cancer de sein bénéficient de kits de soin

Lomé, 14 janv. (ATOP) – L’ONG Espérance et Vie Nouvelle (EVN) en collaboration avec la Ligue togolaise contre le cancer a offert, le mercredi 13 janvier à Lomé, des kits de soin et de protection contre la pandémie de coronavirus (COVID-19) à cinquante (50) femmes dépistées du cancer de sein en 2020 au Centre hospitalier universitaire Sylvanus Olympio (CHU-SO). C’était lors de la célébration de la 12ème édition d’Octobre Rose, un mois dédié au plan mondial à la lutte contre le cancer du sein.

Les kits, estimés à plus de 2.500.000 FCFA, sont composés d’une boîte à pharmacie contenant, entre autres, de la bétadine 500 ml, du coton, de compresse, de gans et de dakin 500 ml (alcool). Ils contiennent également des papiers hygiéniques, des pains de savon, des détergents, de l’eau de javel, des draps, des désinfectants et des cache-nez pour se protéger de la COVID-19.

Ce geste humanitaire de l’ONG EVN se situe dans le cadre de son projet « Visite avec don de kit auprès des femmes malades de cancer du sein au CHU Sylvanus Olympio ». Ce projet est exécuté avec le soutien financier du Fonds des nations unies pour la population (UNFPA).

Le directeur exécutif de l’ONG EVN, Stéphan Domefaa Awity a fait remarquer que les victimes du cancer du sein traversent souvent des moments très difficiles dans leurs vies. Selon lui, c’est pour aider ces femmes malades  que son ONG à élaborer en 2016, un volet du projet d’Octobre Rose afin de les rassembler pour échanger sur leurs difficultés et des actions de plaidoyer à envisager. M. Awity a indiqué que pour cette édition, marquée par la pandémie de coronavirus qui vient augmenter la souffrance de ces femmes, il fallait les soutenir avec ces kits. « Notre souci est de permettre à chaque femme victime du cancer de sein de bénéficier de soin car l’accès équitable aux soins reste notre défi majeur. Nous devons œuvrer tous ensemble pour mener ce combat jusqu’au bout afin de leur permettre d’accéder au traitement nécessaire », a-t-il souligné.

Selon la cheffe d’unité d’Oncologie gynécologique et mammaire de la clinique de gynécologie obstétricale du CHU-SO, Dr Kétévi Ayoko, parmi toutes les femmes consultées en 2019, le cancer du sein seul représente plus de 58% du total de celles qui ont été dépistées positives de toute sorte de cancers. Elle a précisé que la plupart de ces femmes arrivent à l’hôpital à des stades très avancés de la maladie  diminuant ainsi leur chance de guérison. Une situation déplorable selon Dr Kétévi.

« La population pense que le cancer est une sentence de mort, mais c’est parce que les gens viennent très tardivement en consultation à une étape très évoluée de la maladie où on est obligé de faire du palliatif au lieu d’aller directement au traitement », a-t-elle relevé. La cheffe d’unité d’Oncologie gynécologique et mammaire de la clinique de gynécologie obstétricale du CHU-SO affirme que « le cancer dépisté tôt, est bien traité et le résultat est bon ». C’est pourquoi Dr Kétévi appelle les femmes à se faire dépister très rapidement pour éviter des traitements couteux et compliqués.

Le représentant du directeur général du CHU-SO, surveillant général de l’hôpital, Amah Tchorou a remercié l’ONG EVN et l’UNFPA pour leur engagement envers les femmes atteintes du cancer. Il a souhaité aux victimes un bon rétablissement.

Les bénéficiaires ont, elles  aussi, témoigné leur gratitude à l’ONG EVN et à l’UNFPA pour l’attention accordée aux femmes malades du cancer. Elles ont demandé au gouvernement de subventionner leur traitement surtout celui de la chimiothérapie. Elles ont souhaité également la disponibilité au sein du CHU-SO, de la radiothérapie pour éviter les difficultés qu’elles éprouvent en faisant ce traitement au Ghana. ATOP/DHK/OAF

A lire aussi