Vo : la population de togoville sensibilisée sur les grossesses précoces et leurs conséquences

Vo : la population de togoville sensibilisée sur les grossesses précoces et leurs conséquences

Vogan, 15 sept. (ATOP) – L’ONG Petite Sœur A Sœur (PSAS) a sensibilisé, le lundi 14 septembre,  la population du canton de Togoville, dans la commune Vo 2, sur les grossesses précoces et leurs conséquences.

Cette activité, placée sous le thème « Les grossesses précoces et leurs conséquences chez les jeunes », a réuni des membres du comité de protection de Togoville, des personnes ressources, des apprentis de différents corps de métiers, des parents et autorités locales. Elle se situe dans le cadre du projet « Prévention de la violence sexuelle et basée sur le genre et renforcement de la santé sexuelle et reproductive et des droits des enfants et des adolescents au Togo ». Ce projet est financé par des partenaires allemands en l’occurrence Action Medeor (AM) et le Ministère Fédéral de la Coopération Economique et du Développement de l’Allemagne (BMZ).

La sensibilisation a pour finalité d’attirer l’attention de la communauté sur le mal que constituent pour les jeunes, les grossesses précoces avec leurs conséquences néfastes. Il s’agit également d’amener les jeunes à un changement de comportement pour pouvoir réussir dans la vie. C’était aussi l’occasion d’éveiller  la conscience des parents et d’accroître leur niveau de connaissance sur les origines, les conséquences et les solutions d’approches aux grossesses précoces.

Développant le thème, l’assistante suivi-évaluation de l’ONG PSAS, Mme Kékéssi Edem Akossiwa, a éclairé l’assistance sur la définition de la grossesse précoce, les causes et les conséquences liées aux grossesses précoces chez les jeunes, pour les familles et la communauté. Elle a également échangé avec son auditoire sur les approches de solutions aux grossesses précoces, le rôle et la responsabilité des parents dans l’éducation, l’encadrement et l’instruction à donner aux jeunes.

Mme Kékéssi a convié les parents à discuter avec les jeunes sur ces sujets afin de leur permettre de se confier à eux, de disposer du temps pour leurs enfants et de faire d’eux leurs amis. Elle leur a également demandé de subvenir à leurs besoins élémentaires et surtout leur parler de l’éducation sexuelle, et des changements liés à leur âge et à la grossesse. L’oratrice a aussi sensibilisé les jeunes filles à la retenue face aux situations que le monde actuel leur présente, à la maîtrise de soi et à la fixation d’un objectif pour la vie.

La directrice de l’ONG PSAS, Mme Yawo-Atokotsè Ama, a présenté son institution et ses domaines d’activités, sensibilisé les jeunes à obéir à leurs parents, à éviter le gain facile et les mauvaises compagnies. Elle a exhorté les parents à ne plus faire de l’éducation sexuelle un tabou pour mieux situer les jeunes sur les choses auxquelles ils doivent s’attendre dans la vie, à entretenir de bonnes relations avec leurs enfants et échanger souvent avec eux sur divers sujets pour leur permettre de prendre la vie du bon côté.

Mme Yawo-Atokotsè a appelé la population faire tache d’huile des informations reçues pour faire chuter le taux de grossesses précoces dans la communauté. Elle a, par ailleurs, rappelé à la population le respect des mesures barrières au COVID-19 notamment, le lavage des mains au savon, le port de masque, la distanciation physique et l’utilisation du gel hydro alcoolique.

L’adjoint au maire de Vo 2, Amelésséssi Hounlessodji et le représentant du chef du canton de Togoville, Vossa Mensah ont remercié l’ONG PSAS pour cette initiative. Ils ont souhaité que de telle rencontre se multiplie dans l’intérêt de la communauté.

ATOP/AKS/FD

A lire aussi