Vo :  la population de  Badjenope appelée au respect  des droits de l’enfant

Vo : la population de Badjenope appelée au respect des droits de l’enfant

Vogan, 1er juil. (ATOP) – L’ONG Office de Développement des Œuvres Sociales de l’Eglise des Assemblées de Dieu du Togo (ODOS-EADT) a organisé une séance de sensibilisation sur la promotion des droits de l’enfant, le mardi 30 juin, à Badjénopé, un village situé à une quinzaine de km au nord-est de Vogan.

Placée sous le thème  « Responsabilités des enfants et jeunes dans la réussite de leur vie scolaire et professionnelle », cette rencontre se situe dans le cadre de la mise en œuvre du « Projet de lutte contre les pires formes de travail dans enfants dans les carrières de graviers et du sable ». L’objectif est de promouvoir les droits de l’enfant, d’amener les enfants et jeunes dudit village à développer des aptitudes de résilience face à leurs conditions socioéconomiques pour réussir dans la vie. Il s’agit également de renforcer la connaissance des enfants et jeunes sur leurs droits et devoirs, d’éveiller leur conscience sur leurs responsabilités dans la réussite de leur vie scolaire et professionnelle.

La rencontre s’est déroulée en présence des pairs éducateurs, des enfants, des enseignants, des parents, des membres des Associations des Parents d’Elèves (APE) et des membres du Comité Villageois de Développement (CVD). Elle  a été marquée par la présentation du thème, d’un sketch portant sur la responsabilité des parents face à la promotion des droits de l’enfant.

Développant le thème, la coordinatrice du Projet de protection des enfants à l’ODOS, Mme Ayédé-Hégno Kafui a d’abord présenté l’ONG ODOS-EADT, ses objectifs, sa mission et ses domaines d’activités, entre autres, la lutte contre le VIH/SIDA, la lutte contre le travail des enfants, l’éducation, la santé et la promotion des droits de la femme. Elle a ensuite rappelé les pires formes de travail des enfants et les conséquences néfastes qui en découlent.  Mme Ayédé-Hégno a sensibilisé les pairs éducateurs sur la responsabilité des enfants et jeunes dans la réussite de leur vie scolaire et professionnelle. L’oratrice a invité les parents à maintenir leurs enfants à l’école jusqu’à la fin de leur cursus scolaire et à bien assurer leur formation professionnelle afin de faire d’eux des cadres de demain.

De son côté, le coordinateur du projet, Ahiavé Komla Dotsè a indiqué que les enfants doivent jouir d’une enfance normale dans tous les domaines en toute légalité, ce qui leur garantit un épanouissement harmonieux. Il a appelé les parents à la prise de conscience et de responsabilité en matière du respect des droits de l’enfant. M. Ahiavé a convié les enfants à éviter la facilité, à surmonter toutes les difficultés de la vie et à s’atteler à leurs études afin de devenir des élites pouvant apporter un plus au développement de leur village. Il a sensibilisé la population à partager toutes les informations reçues avec les absents afin que les droits de l’enfant soient respectés.  Il a exhorté les parents à établir les actes de naissance à leurs enfants, dans les 45 jours qui suivent leur naissance afin qu’ils disposent de cette pièce maîtresse.

Le directeur préfectoral de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation de Vo, Ali Komi Isaac a exprimé sa reconnaissance à l’ONG ODOS-EADT pour ses actions visant à protéger et à promouvoir les droits de l’enfant. Il a relevé la nécessité pour les parents de respecter ces droits. M. Ali a saisi cette aubaine pour encourager la population, surtout les enfants à prendre conscience de l’existence de la pandémie du coronavirus (COVID-19), à respecter les gestes barrières afin de stopper du virus.

Le chef du village de Badjénopé, Togbui Yaovi Kpoyizoun Dagbangodo II a remercié l’ONG ODOS pour les actions qu’elle mène dans son village.

Il a encouragé les enfants à respecter leurs devoirs envers leurs parents pour pouvoir jouir pleinement de leurs droits. Il leur a aussi demandé de bien travailler à l’école pour réussir dans la vie.

Un sketch émouvant présenté par les enfants et jeunes du village sur le thème, l’exécution des chants et une remise de jugements supplétifs à 35 élèves en classe d’examen ont mis fin à la sensibilisation. ATOP/AKS/BA

A lire aussi