Utilisation des NTIC au service de la culture démocratique : des professionnels des medias sensibilisés à Lomé

Utilisation des NTIC au service de la culture démocratique : des professionnels des medias sensibilisés à Lomé

Lomé, 25 nov. (ATOP) – Le Ministère des droits de l’Homme, de la Formation à la Citoyenneté, des Relations avec les Institutions de la République (MDHFCRIR) a organisé un atelier de sensibilisation des professionnels des médias sur l’utilisation citoyenne des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) au service de la culture démocratique  le jeudi 25 novembre à Lomé. Le thème retenu est « Médias, démocratie numérique et participation citoyenne ».

En initiant cette rencontre à l’endroit des médias,  garant de la démocratie, le MDHFCRIR entend  mener une réflexion d’ensemble sur leur contribution au renforcement de la culture démocratique et pour montrer que l’éthique et la déontologie sont au centre du développement démocratique.

Cette activité a réuni une vingtaine de participants représentant les professionnels des médias (patrons de presse en ligne, web tv et radio, télévisions et radios conventionnelles, presse écrite). Elle  s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de consolidation de la démocratie et de la paix pour un développement durable en son axe 1 : « Renforcement de la culture démocratique ». Elle se situe également dans l’axe 3 du Plan national de développement (PND) : « Consolider le développement social et renforcer les mécanismes d’inclusion » en lien avec la feuille de route du gouvernement 2020-2025.

Cet atelier a pour objectif de contribuer au renforcement de la culture démocratique. Il a permis de sensibiliser les professionnels des médias sur l’utilisation citoyenne du numérique ou des NTIC au service de la culture de la démocratie. Il a servi également de cadre pour analyser avec les acteurs dans quelles mesures les pratiques numériques peuvent modifier, remettre en question ou renouveler le fonctionnement de la démocratie. Cette rencontre a été aussi une aubaine pour conscientiser les Hommes des médias sur leur rôle et responsabilité dans le renforcement de la culture démocratique. Elle a, en outre, donné lieu à l’édification des acteurs sur les limites à l’utilisation des données personnelles ainsi que le cadre légal et institutionnel de réglementation des médias et d’utilisation du numérique ou des NTIC au Togo. C’était aussi l’occasion de renforcer la synergie d’actions entre les journalistes et le MDHFCRIR.

Pour atteindre les objectifs fixés, trois communications ont été développées, suivies d’échanges et de débats. Il s’agit de « Etat de droit, démocratie et liberté d’expression et d’information ; médias et NTIC face aux enjeux de la protection des données à caractère personnel dans un contexte démocratique ; médias et utilisation citoyenne des NTIC au service de la culture démocratique ».

Ouvrant les travaux, le directeur de cabinet, représentant le ministre en charge des Droits de l’Homme, Djéri Adjawè  a affirmé que le Togo, pour consolider les bases et le caractère participatif du processus démocratique, a besoin d’une presse libre, indépendante mais aussi respectueuse de la déontologie professionnelle et du droit à la vie privée. Ainsi, selon lui, « pour une contribution efficiente et responsable des médias à la consolidation de la démocratie, la promotion de la liberté de la presse doit nécessairement aller de pair avec le professionnalisme grâce à une régulation ou à une autorégulation efficace et permanente ». Cette exigence qui explique, d’après le représentant du ministre des droits de l’Homme, la nécessité de renforcer les capacités des professionnels des médias sur l’utilisation citoyenne du numérique ou des NTIC au service de la culture démocratique.

Pour le directeur du Renforcement démocratique, Ouro M’bo, malgré les difficultés qui émaillent son parcours, le gouvernement poursuit ses efforts en vue de raffermir les principes démocratiques et les droits de l’Homme, de renforcer les institutions démocratiques, de faciliter la participation effective des citoyens à la gestion des affaires de l’Etat et de consolider la gouvernance politique, économique et sociale. Il a souhaité que de cette assise « sorte quelques éléments de réponse qui permettront au gouvernement et à l’ensemble de tous les professionnels des médias de consolider la paix sociale et renforcer le culture démocratique au Togo ».

ATOP/MEK/BV

A lire aussi