Tône / Campagne de distribution de moustiquaires: des agents sanitaires se familiarisent  avec la maquette de microplanification

Tône / Campagne de distribution de moustiquaires: des agents sanitaires se familiarisent avec la maquette de microplanification

Dapaong, 11 août (ATOP) – Une trentaine de participants issus des équipes cadres et des districts sanitaires de la région des Savanes, composés des DPS, des points focaux paludisme, d’IEC et des comptables prennent part à un atelier de formation sur la maquette de micro-planification, du 10 au 12 août à Dapaong, en vue d’une meilleure distribution des moustiquaires imprégnés.

L’atelier est organisé par le Comité National d’Organisation (CNO) de la lutte contre le paludisme dans le cadre de la quatrième campagne nationale de distribution gratuite de Moustiquaires à imprégnation durable (MID). L’objectif est d’assurer une bonne planification des activités de la campagne pour une mise en œuvre efficace et efficiente au niveau opérationnel. La finalité de la rencontre est de permettre aux bénéficiaires de maîtriser le processus et la maquette de micro-planification ; de mieux comprendre les procédures de gestion financière de la campagne de 2020 et de justification des dépenses.

Les participants suivront des présentations sur : la campagne de 2020, but, objectifs et stratégies; les objectifs et le processus de micro-planification ; la maquette de micro-planification.

En ouvrant les travaux, le directeur régional de la Santé des Savanes, Dr. Aflagah Kodjo a indiqué que malgré les efforts quotidiens de tous les acteurs sur le terrain, les indicateurs montrent que le paludisme reste toujours en tête des premières causes de consultation. Selon lui, il est important de s’impliquer totalement dans cette formation et de mieux cerner le processus de la micro-planification pour l’atteinte des objectifs dans la lutte contre cette maladie.

Pour le directeur des affaires financières du Programme National de Lutte contre le Paludisme, Yodo Pidanawayi, le rapport mondial de 2019 sur le paludisme au Togo montre que l’incidence a régressé de plus de 25% entre 2015 et 2018 et la  mortalité aussi de 8% sur la même période.  Il a souligné qu’en dépit de ces résultats et des efforts consentis par le gouvernement togolais et les partenaires, des défis restent à relever, notamment, la réduction de la transmission par le contrôle des vecteurs.  ATOP/GS/AAA

A lire aussi