Projet WACA ResIP : les membres du comité régional de pilotage ont évalué le chemin parcouru à Lomé

Projet WACA ResIP : les membres du comité régional de pilotage ont évalué le chemin parcouru à Lomé

Lomé, 25 nov. (ATOP) – Le Comité Régional de Pilotage (CRP) du Projet d’investissement pour la résilience des zones côtières en Afrique de l’Ouest (WACA ResIP), a tenu sa septième réunion les 24 et 25 novembre à Lomé.

Cette réunion a regroupé les présidents des comités nationaux de pilotage des projets WACA des six pays bénéficiaires qui sont des ministres ou leur représentant. Elle a porté essentiellement sur des questions budgétaires entre autres, le point d’avancement du projet dans les différents pays bénéficiaires du projet. La rencontre est axée sur l’achèvement des infrastructures prévues pour atténuer le phénomène de la dégradation côtières sur les sites retenus. Une mission d’observation du littoral ouest-africain a été lancée pour soutenir la réalisation de quelques ouvrages de protection côtière, notamment au Bénin, au Togo et au Sénégal.

Les participants ont échangé, entre autres, sur l’état de mise en œuvre des décisions de la 6ème réunion, examiné et apprécié l’état d’avancement des composantes nationales de 2020-2021. Ils ont aussi statué sur le Plan de travail et budget annuel (PTBA) 2020-2022 de la composante régionale, écouté des points d’informations sur l’avancement du processus d’intégration de nouveaux pays et la mise en œuvre de la plateforme WACA.

Le ministre de l’Environnement et des Ressources forestières, Foli-Bazi Katari, à l’ouverture des travaux, a déclaré que la côte ouest-africaine fait l’objet d’une dynamique littorale intense, caractérisée par le phénomène d’érosion côtière avec le recul de trait de côte d’ampleur variable, essentiellement impulsé par les changements climatiques. Il a expliqué que le phénomène de l’érosion côtière de par son ampleur et sa persistance, en plus des pertes économiques qu’il entraine, affecte les activités des ménages avec pour corolaire, l’aggravation de la pauvreté des populations exposées à plus de vulnérabilité.

Le ministre, a pour cela, salué à juste titre ce programme, qui a été un pas important dans la résolution du problème de lutte contre l’érosion côtière. Il a indiqué que grâce aux travaux réalisés, la progression de l’érosion côtière dans la ville historique d’Aného, au Togo, a été ralentie.

Le commissaire de l’UEMOA en charge de l’Agriculture, Kako Nubukpo, a déclaré qu’après cette session,  le projet WACA entamera sa 4ème et avant dernière année de mise en œuvre. Il a indiqué que des pas importants ont été franchis depuis le lancement du projet, en matière de mise en place des équipes, de mise en œuvre du projet, d’élaboration des outils de gestion et de conduite du processus, notamment des études devant conduire à la réalisation des infrastructures. Le commissaire de l’UEMOA a souligné que l’année 2021 a été marquée par d’importantes activités structurantes aussi bien aux niveaux nationaux que régionaux, et l’année 2022 sera sans doute celle des réalisations complètes.

Le projet WACA a pour objectif de renforcer la résilience des communautés et zones ciblées du littoral ouest africain, lutter contre l’érosion côtière, le phénomène de la dégradation du littoral de ses zones d’actions et la pollution marine.  Son innovation majeure est l’accent mis sur la régionalité avec comme axes centraux, notamment le renforcement du cadre institutionnel et juridique ; le suivi du trait de côte ; la mutualisation des expériences ; le partage des connaissances ainsi que la mise en place d’une stratégie collective de mobilisation des financements pour la résilience côtière. Ledit projet regroupe le Bénin, la Côte d’ivoire, la Mauritanie, le Sénégal, le Sao Tome et le Togo. Trois autres pays viennent de s’y ajouter. Il s’agit du Ghana, de la Gambie et de la Guinée Bissau.

ATOP/KYA/OAF

A lire aussi