Ogou / Prévention et résolution des conflits : un dialogue civilo-militaire à Atakpamé

Ogou / Prévention et résolution des conflits : un dialogue civilo-militaire à Atakpamé

Atakpamé, 23 oct. (ATOP) – Le ministère de la Sécurité et de la Protection civile a organisé avec l’appui technique et financier du PNUD, une rencontre d’échange entre les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) et les populations,  les 22 et 23 octobre à Atakpamé.

Placé sous le thème «  Dialogue civilo -militaire, outil efficace de prévention et de résolution des conflits au Togo », cette rencontre a regroupé les autorités locales, des éléments des FDS, des organisations de la société civile, les comités locaux de paix, les confessions religieuses, la chefferie traditionnelle,  les représentants des structures de base et des médias de la région des Plateaux-Est.

Ce dialogue civilo-militaire se situe dans le cadre d’un vaste projet qui vise à rapprocher les hommes en uniforme et les différentes couches socio-politiques   du  pays afin de restaurer un climat de confiance réciproque entre les deux entités.

L’objectif de cette rencontre est de contribuer au renforcement de la confiance entre les FDS et les populations et favoriser les échanges entre les principaux acteurs. Elle a permis de renforcer la connaissance des participants sur le rôle et le fonctionnement des FDS et d’identifier collectivement les causes, les acteurs et les facteurs de conflits et de tension entre les deux composantes. Il s’agit également de convenir d’une vision et des perspectives pour le renforcement de la cohésion sociale qui est la mise en place d’un mécanisme de surveillance des droits de l’homme y compris ceux de l’enfant.

La rencontre a été meublée de plusieurs modules à savoir le rôle et fonctionnement des FDS, l’importance du dialogue civilo-militaire, la lutte contre l’extrémisme violent et la prévention des conflits suivi des travaux de groupe axés sur des sous-thèmes à savoir  « état  des lieux des rapports entre les FDS et les populations, comment améliorer les relations et comment prévenir les conflits entre les FDS et populations ». Au terme des travaux, plusieurs recommandations ont été formulées.

Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile , Général de Brigade Yark Damehane a affirmé que le gouvernement sous l’impulsion du chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé a initié à travers son département, l’organe de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent par décret le 15 mai 2019 dont une partie du programme consiste à la sensibilisation des citoyens, à la formation des membres et aussi à des échanges avec les différentes composantes de la population.

Il a précisé que cet atelier porte sur les relations civilo-militaires du fait que l’armée togolaise est une armée nationale et sa mission principale est d’assurer la protection des concitoyens et de leurs biens. Il  souligné qu’il ne doit pas y avoir d’incompréhension entre ses deux entités de la société et que le processus démocratique du Togo ne doit pas mettre en mal l’unité nationale.  « Après les années 90, il a fallu du temps pour se retrouver et il est nécessaire de se retrouver pour penser à cette unité nationale, à la cohésion, c’est ce qui justifie la création de HCRUNN qui joue le rôle de baromètre », a-t-il poursuivi.

Pour le préfet de l’Ogou, Akakpo Edoh la situation de la paix procède d’une société d’hommes et de femmes qui s’engagent à vivre ensemble sans discrimination aucune car ni la religion, ni la culture ou la langue, ni l’appartenance politique ne saurait motiver les tensions sociales. « Les populations doivent se mettre en commun au service d’un mieux vivre ensemble, au service de l’atteinte de leur bien-être. Aussi pour éviter les conflits entre forces de défense et de sécurité et civil, tous les citoyens doivent rechercher des solutions adaptées et durables»,  conclu le préfet. ATOP/MLS/TD

A lire aussi