Ogou/ Lois et recommandations de Beijing : des responsables des organisations de la société civile  féminine  du Togo édifiées

Ogou/ Lois et recommandations de Beijing : des responsables des organisations de la société civile féminine du Togo édifiées

Atakpamé, 30 juil. (ATOP) – Une dizaine de femmes responsables des organisations de la société civile (OSC) féminines se sont familiarisées avec les lois et recommandations de Beijing lors d’une formation organisée, les 29 et 30 juillet à Atakpamé.

A l’actif du Cercle d’Actions pour le Développement et l’Epanouissement de la Femme et de l’Enfant (CADEFE), cette formation est un volet du projet « la formation des OSC féminines et mise en place d’une plateforme de suivi des recommandations de Bejing au Togo ». Elle a reçu l’appui  technique et financier de  l’ONG Urgent  Action Fund Africa  (UAF). L’intérêt de cette rencontre est de rehausser le niveau de connaissances des organisations de femmes sur les lois et recommandations de Bejing ; de créer une plateforme regroupant ces organisations pour  fédérer les forces  et énergies et de veiller à l’atteinte des objectifs de Bejing.

Les participantes  ont été entretenues sur les lois et recommandations de Beijing, puis ont mis en place une plateforme pour un suivi desdites recommandations et pour des actions plus coordonnées et fortes en la matière.

Le secrétaire général de la préfecture de l’Ogou, Bitho Kondo a confié que malgré  tous les efforts du gouvernement en la matière, les violences persistent à l’égard de la femme. Il a ensuite rendu un hommage au gouvernement togolais à travers le ministère de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation pour son effort quotidien pour la promotion des droits des femmes.

Selon le directeur régional de l’Action sociale Plateaux, Ahe Kokouvi Dodzi, la persistance des violences et des inégalités basées sur le genre remet en cause considérablement les objectifs fixés par la conférence de Beijing entre autres la résolution à faire progresser les objectifs d’égalité, de développement et de paix pour toutes les femmes dans le monde entier et l’intérêt de l’humanité toute entière.

Pour la directrice exécutive du CADEFE, Mme  Esseh Afua Kafui, les actions de ce projet, notamment la mise en place de la plateforme des organisations de femmes défenseurs des droits des femmes va permettre   d’éclairer les communautés sur les lois votées. Cela va susciter l’éveil de conscience des populations par rapport à la promotion des différentes lois votées et contribuer à l’implication des femmes dans les prises de décisions. Mme Esseh Afua Kafui  a lancé un appel à d’autres partenaires techniques et financiers à soutenir les actions du projet.

Vieux de 25 ans, le Programme d’Action de Bejing   proscrit l’élimination systématique des obstacles qui empêchent les femmes de participer de manière égale à tous les domaines de la vie, que ce soit dans la sphère publique ou privée. Malgré certains progrès, les changements réels sont désespérément  lents pour la majorité des femmes et des filles à travers le monde.

ATOP/KV/SAS

A lire aussi