Nouvelle société cotonnière du Togo :  la campagne 2021-2022 lancée

????????????????????????????????????

Nouvelle société cotonnière du Togo : la campagne 2021-2022 lancée

Lomé, 16 juin (ATOP) – Le président du Conseil d’Administration (PCA) de la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT), Pré Simféitchéou a lancé, le mardi 15 juin à Lomé, la campagne cotonnière 2021-2022 lors d’une conférence de presse.  

La campagne prochaine s’inscrit dans le cadre de l’ambition du gouvernement à produire d’ici 2025 au minimum 225.000 tonnes de coton- graine.

Ce lancement fait suite à des réunions de concertation avec les acteurs impliqués et des tournées de sensibilisation dans les régions avec les cotonculteurs, pour échanger avec eux et recueillir leurs préoccupations.

Selon le PCA, la campagne 2020-2021 a connu une chute de 43% avec 66.548 tonnes de coton-graine produites contre 116.000 tonnes la campagne précédente. Cette contre-performance est due, selon lui, aux conditions climatiques défavorables et à un prix d’achat du coton-graine peu motivateur soit 225 FCFA/Kg à la campagne 2020-2021 contre 265 FCFA le Kilo à  campagne 2019-2020.

2021-2022, campagne de la renaissance

Pour cette nouvelle campagne, la NSCT doit emblaver 193.000 hectares minimum sur toute l’étendue du territoire, pour une production minimale de 134.000 tonnes de coton-graine. Pour y parvenir, la NSCT s’est engagée à créer un climat de confiance avec les cotonculteurs, procéder à d’importants investissements humains, matériels et technologiques, pour augmenter la production, améliorer le rendement, préserver la qualité du coton togolais et garantir des revenus décents aux producteurs. Pour ce faire, le prix d’achat du coton-graine est revu à la hausse à 254 FCFA le Kilo et la Fédération Nationale des Groupements de Producteurs de Coton (FNGPC) va verser un complément de 10 FCFA/Kg à tous les producteurs de coton de la campagne écoulée.

Cette conférence de presse s’est déroulée en présence des responsables du groupe international Olam, actionnaire majoritaire (51%) et des responsables de la FNGPC.

ATOP/SED/AR

A lire aussi