Lutte contre la corruption et les infractions assimilées : le rapport provisoire de la stratégie nationale présenté aux acteurs

Lutte contre la corruption et les infractions assimilées : le rapport provisoire de la stratégie nationale présenté aux acteurs

Lomé, 24 nov. (ATOP) – La Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées a présenté le rapport provisoire de la Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (SNPLCIA) aux représentants des ministères, les organes de contrôle et de régulation et des autorités locales, lors d’un atelier les 23 et 24 novembre à Lomé.

Le présent rapport est subdivisé en quatre parties à savoir : contexte et justification ; synthèse de l’analyse diagnostique ; cadre stratégique national et dispositif national de mise en œuvre et de suivi-évaluation de la SNPLCIA. Au niveau l’analyse diagnostique, le rapport provisoire révèle que la pauvreté, les faibles revenus au salaire et les impunités sont, entre autres, les causes de la corruption. En termes de défis, le rapport évoque l’assainissement des finances publiques et la meilleure redistribution des richesses.

Pour le cadre stratégique national, la vision est de  faire du Togo un pays modèle en matière de lutte contre la corruption pour une croissance économique inclusive et durable à l’horizon 2026. Il ressort de la présentation que la stratégie doit se focaliser sur trois axes à savoir : le renforcement des cadres juridique et institutionnel de la lutte contre la corruption, l’amélioration de la qualité des services publics et le renforcement de la participation citoyenne à la lutte contre la corruption. A cela s’ajoutent trois piliers qui sont la gouvernance, la prévention et la répression.

Enfin, le rapport révèle que pour la mise en œuvre et le suivi-évaluation de la SNPLCIA, il faut penser notamment à l’actualisation du cadre juridique de la lutte contre la corruption, le renforcement de l’intégrité des agents publics, la meilleure qualité et performance des services publics à travers la digitalisation des systèmes de gestion des finances publiques.

Ces assises s’inscrivent dans le cadre du processus d’élaboration de la dite stratégie lancée le 21 mai dernier. L’objectif est de soumettre le document aux participants en vue de son enrichissement pour la suite du processus.

D’après le consultant, Fabrice Kodjo Ebeh, malgré les efforts des autorités du pays dans cette lutte, la corruption demeure toujours une préoccupation d’où la nécessité d’élaborer la stratégie nationale de prévention de lutte contre la corruption et infraction assimilée. Pour lui, la stratégie comporte une vision qui s’aligne sur la vision de la feuille de route gouvernementale 2020-2025, dont la bonne gouvernance est un axe transversal.

Pour le président de HAPLUCIA, Essohana Wiyao, il est important d’adopter de nouvelles stratégies pour intensifier la lutte. Il s’est félicité des étapes franchis jusqu’à ce jour dans le cadre de ce processus. « Comme le prescrivent les standards internationaux, l’élaboration de cette stratégie doit adopter une démarche participative inclusive. Nous irons vers les populations, secteur par secteur pour demander l’enrichissement de ce rapport provisoire », a-t-il fait savoir. M. Wiyao a rappelé que cette rencontre fait suite à la validation en septembre dernier d’un rapport sur le diagnostic de la situation de la coordination au Togo.

ATOP/TGB/SED

A lire aussi