Les volontaires d’engagement citoyen en guerre contre l’insalubrité dans l’Anié

Les volontaires d’engagement citoyen en guerre contre l’insalubrité dans l’Anié

Par Kévin Tougouma Koudjima

L’hygiène  et  l’assainissement  sont  des  éléments qui impactent positivement ou négativement sur la santé des populations et boostent ou retardent  le  développement d’une localité. C’est dans cette perspective que depuis 2015, le gouvernement à travers le ministère de  développement à la base, a mis au point le programme des Volontaires d’Engagement Citoyen (VEC)  sur toute l’étendue du territoire national pour lutter contre le phénomène d’insalubrité   qui s’est installé dans la plus part des villes du pays. Les conséquences de comportements inciviques des populations liés à l’hygiène et à l’assainissement pèsent sur les mairies en termes de dépenses d’entretien. Elles sont donc obligées d’investir énormément dans ce secteur pour la santé des populations au détriment des actions de développement. A travers ce programme VEC, le gouvernement entend à travers les mairies non seulement assainir les villes mais aussi, offrir un cadre de vie propre et sain aux populations pour leur développement harmonieux.

Ce programme s’exécute aussi dans la préfecture de l’Anié depuis 2017, une localité qui fait partie des vitrines du Togo. Les jeunes volontaires contribuent efficacement dans l’amélioration des conditions d’hygiène et d’assainissement de la préfecture de l’Anié. Ils rencontrent par la même occasion des difficultés dans les différentes actions qu’ils mènent. Ce programme a apporté malgré tout un changement notoire dans la préfecture de l’Anié, notamment dans les communes Anié 1 et 2.

Le programme VEC est géré dans la préfecture de l’Anié  par des animateurs de terrain et agents de suivi du Centre Régional de Volontariat (CRV)-Plateaux.  La mobilisation des jeunes s’est faite sur la base de l’amour du métier ou en quêtent de travail.  Ceux-ci se sont  engagés dans ce programme  pour contribuer au développement de leurs communautés, voire de leur nation. Ils ont  été formés et  sensibilisés sur leur mission dans les communautés. Leur mission fondamentale est l’amélioration du cadre de vie et surtout réduire les risques d’inondations dues à l’encombrement des caniveaux par les sachets plastiques et du sable.

A Anié, les VEC sont affectés dans les bureaux des mairies et au Centre Hospitalier Préfectoral (CHP) Anié. Ils interviennent également  aux bureaux de la préfecture, dans la ville surtout au marché, ainsi que dans les quartiers insalubres.

Actions menées dans le  domaine  de  l’hygiène et l’assainissement

  Le travail des VEC dans les communes Anié 1 et 2  consiste à tailler les hautes herbes, balayer et débarrasser les ordures et les sachets plastiques dans les services, en ville et dans les quartiers insalubres. Il est aussi prévu le curage des caniveaux et le dégagement des dépotoirs anarchiques, véritable gites ou magasin des agents vecteurs des maladies. Les VEC ont également pour mission de sensibiliser les populations sur l’importance de l’hygiène et l’assainissement ainsi que sur les conséquences de la défécation à l’air libre. A propos de la défécation à l’air libre, les VEC ont installé à Adogbénou dans la commune Anié 2, vingt-cinq (25) latrines familiales dans le cadre de la mise  en œuvre de l’approche Assainissement Totale Piloté par la Communauté (ATPC). Partout ailleurs, ils  exhortent et encouragent  les populations aux  bonnes manières et attitudes pour  une  vie  saine  et épanouie.

Une bénéficiaire du programme s’exprime

       Mlle Tchaboré Massoutiba, bénéficiaire du programme VEC de la 4ème  vague, a trouvé ce projet très intéressant. Pour elle, le programme forme les jeunes à la citoyenneté, à la tolérance et surtout au vivre ensemble. Elle a souligné qu’en plus des activités d’intérêt communautaires, les VEC sont formés sur les compétences de vie, l’entrepreneuriat et la gestion financière afin de faciliter leur insertion post volontariat. Elle a souhaité longue vie au programme pour non seulement l’amélioration du cadre de vie mais aussi pour l’épanouissement des jeunes désireux d’intégrer ce programme.

Le responsable hygiène et assainissement salue cette initiative

        Le chef service Hygiène et Assainissement au CHP-Anié, Azima Kouméabalo a indiqué que  ce programme est  à saluer et à encourager. Pour lui, ce programme a contribué à réduire la fréquence des maladies liées à l’insalubrité. Ces maladies sont selon lui, entre autres le choléra, la fièvre typhoïde, les parasitoses et les maladies diarrhéiques souvent enregistrées au centre de santé. Le chef service a indiqué que toutes ces maladies émanent  de  la prolifération de mouches et par ricochet de l’insalubrité et surtout de la défécation  à l’air libre. M. Azima a  par ailleurs témoigné sa gratitude au gouvernement pour cette initiative visant le bien-être et l’épanouissement des populations. Il a sollicité l’appui des autorités communales ainsi que des comités de développement des quartiers  à soutenir et accompagner les VEC dans leur mission  pour le bien-être de tous et surtout pour la promotion de la santé.

Le programme VEC vue par le chargé de suivi

      Le chargé de suivi des volontaires à Anié, Sara Sannane, a fait comprendre que le VEC est un programme piloté par l’Agence Nationale du Volontariat depuis 2015 sous la tutelle  du ministère du Développement à la base, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes. Il a souligné que ce type de volontariat  vise à contribuer à l’épanouissement des jeunes volontaires et à leur implication dans le développement de leur communauté.  Il a ajouté que depuis son lancement en 2017 dans la Préfecture de l’Anié, le programme VEC a mobilisé 495 jeunes et 33 séniors. A ce jour, d’après lui, c’est la quatrième (4ème) vague de volontaire de quatre-vingt (80) personnes qui exécutent le travail sur le terrain. « Ces jeunes hommes et femmes volontaires font toujours preuve de dévouement, d’amour pour la patrie et le travail bien fait. Ils travaillent en équipe dans un esprit de fraternité, de solidarité, de vivre ensemble et  de partage d’expérience ».

Outre leur mission première, les VEC se sont également illustrés dans le domaine de la santé et de la protection de l’environnement.

A lire aussi