Le projet « deuxième chance-jeunes  filles mères » lancé

Le projet « deuxième chance-jeunes filles mères » lancé

Lomé, 13 août (ATOP) – Le projet « Deuxième chance-jeunes filles mères » a été lancé, le mercredi 12 août à la Maison de Jeunes TV5 Monde à Adidogomé.

A l’actif de l’Association précieux trésor de vie (APTV) avec l’appui du Service de coopération et d’actions culturelles (SCAC) de l’Ambassade de France au Togo et la compagnie Vlisco, ledit projet constitue l’étape pilote du programme « Deuxième chance ». Ce dernier vise à donner une nouvelle chance de réussite aux jeunes qui ont raté la première occasion de se réaliser et à les sortir de la précarité.

Le projet lancé entend améliorer les conditions de vie et assurer l’autonomisation financière et économique de 30 jeunes filles mères des communes Golfe 5 et Agoè-Nyivé 5 sorties du système scolaire et vivant dans la précarité mais regorgeant de potentialité. Il intègre un programme d’éducation sexuelle (ADOS PRESCO) qui a pour intérêt de donner des informations nécessaires aux jeunes afin de les aider à passer l’étape de l’adolescence devenue difficile pour eux en cette ère de la technologie et des réseaux sociaux. Il s’agit des jeunes filles de 16 à 30 ans qui ont connu le décrochage scolaire à cause d’une grossesse et qui sont devenues encore plus vulnérables à cause de la précarité dans laquelle elles vivent parce qu’elles n’ont ni activité, ni personne pour les aider à se prendre en charge.

Le projet d’une durée de 6 mois, sera exécuté en deux phases. La première phase consistera à la formation des bénéficiaires sur des thématiques relatives au leadership féminin, à l’entreprenariat et aux formations pratiques en AGR. Elles seront ensuite accompagnées pour avoir une source de revenu durable. La seconde phase sera axée sur l’accompagnement. Ainsi,  chaque bénéficiaire aura défini et confirmé son projet professionnel pour lequel elle pourrait être appuyée pour un emploi durable.

La directrice exécutive de l’APTV, Bossou Essivi Mimi épse Soedjedé a indiqué que l’association dans sa mission d’accompagnement des jeunes, a fait le constat du phénomène de décrochage scolaire de beaucoup de jeunes sans bases et outils nécessaires pour affronter l’avenir. Ceci soit à cause d’une grossesse précoce pour les filles, soit à cause de la pauvreté dans laquelle elles vivent ou parce qu’elles n’ont pas supporté le système classique de l’école.

« Nous avons initié le programme pour apporter notre contribution à la résolution du problème au niveau de différentes catégories de ces jeunes ciblés », a-t-elle précisé. Mme Bossou Soedjedé a par ailleurs exprimé sa gratitude à ses partenaires pour leur soutien.

Le conseiller adjoint de Coopération et d’Action Culturelle à l’ambassade de France au Togo, Mazyar Taheri a relevé que ce projet témoigne une fois de plus de l’engagement solidaire des OSC, dans des domaines aussi éminents que le développement durable, la sensibilisation citoyenne, l’éducation, l’entrepreneuriat et le leadership. Pour lui, il illustre une nouvelle fois l’intimité des relations entre la France et le Togo. Il a encouragé les initiateurs à persévérer dans cette voie, en proposant et en mettant en œuvre des projets en faveur de l’autonomisation économique, sociale et professionnelle des jeunes, et des femmes notamment. M. Taheri a réitéré l’engagement de la France à apporter sa contribution à la réalisation de cette ambition.

L’APTV est créée en 2004 et a pour but de promouvoir l’épanouissement socioculturel et éducatif des enfants et des jeunes d’une part, et d’autre part elle s’est assignée la mission d’accompagner les femmes, base de la cellule familiale.

ATOP/TGB/OAF

A lire aussi