L’autorité de régulation des marches publics signe un accord-cadre avec le centre africain d’études supérieures en gestion

L’autorité de régulation des marches publics signe un accord-cadre avec le centre africain d’études supérieures en gestion

Lomé, 11 déc. (ATOP) – L’autorité de régulation des marchés publics (ARMP) a signé un accord-cadre avec le Centre africain d’études supérieures en gestion (CESAG), le jeudi 10 décembre à Lomé.

Cet accord marque le départ d’un partenariat entre les deux institutions. Il est le fruit d’une vision communautaire impulsée par les chefs d’Etat de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) pour assurer la transformation du capital humain au niveau des pays de l’espace à travers la formation et l’appui conseil. Il permettra au Togo de bénéficier de l’expertise du CESAG, surtout de diversifier l’offre de formation à un public beaucoup plus large. Il s’agira à travers ce partenariat, de mener des activités en termes d’analyse des besoins en compétences dans le domaine de la commande publique, de développer des stratégies de renforcement des capacités devant déboucher sur des offres pertinentes d’actions formatives. Il est également question d’organiser des actions de formations diplomantes, certifiantes, des programmes de recherche sur des thématiques d’actualité sur l’ensemble des actions de gestion et de régulation des marchés publiques.

La mission du CESAG

            Le CESAG depuis sa création en 1978 par la conférence des chefs d’Etats de la Communauté Economique de l’Afrique de l’Ouest (CEAO), s’est fixé pour objectif d’être au centre des agendas de développement des Etats de l’UMEOA en ce qui concerne le développement du capital humain, le renforcement et l’amélioration de la gouvernance des Etats, des organisations aussi bien publiques que privées et la production d’une véritable connaissance endogène pour éclairer les politiques publiques et contribuer à l’universel des connaissances. Il a pour ambition d’assurer un maillage des structures de gestion, de contrôle et de régulation des marchés publics de la zone UEMOA, en vue de développer des programmes de renforcement des capacités et d’appui-conseil pertinents.

Pour le secrétaire général du ministère de l’Economie et des finances, Dadenam Patoki, la commande publique est un instrument majeur de gouvernance qui requiert constamment l’attention soutenue des pouvoirs publics qui de ce fait ne ménagent aucun effort pour doter les acteurs en charge de ce secteur de réelles capacités opérationnelles. « Le Togo dans sa recherche permanente d’efficience et d’efficacité de l’action publique, se félicite de cette précieuse opportunité d’accompagnement dans un domaine aussi particulier que la commande publique », a-t-il dit. Il a, au nom du ministre de l’Economie et des finances, félicité tous les acteurs qui ont œuvré à l’aboutissement de la signature de cet accord-cadre.

M.Patoki les a exhortés à continuer par s’impliquer dans sa bonne mise en œuvre, pour un système de la commande publique plus performant et plus transparent.

M.Aftar Touré Morou, directeur général de l’ARMP, a indiqué que pour relever les défis que les enjeux de la commande publique imposent, il faut recourir à d’autres expertises. « C’est à ce titre que l’ARMP a accueilli favorablement l’offre de partenariat du CESAG. L’ARMP a pris la mesure de tout le parti qu’elle peut tirer d’un partenariat avec une institution de formation qui a des preuves dans toute la sous-région et qui continuer d’innover en termes d’offres de solutions, notamment en matière de commande publique ».

Selon le directeur général du CESAG, Pr Balibié Serge Bayala, l’éducation à la commande publique ou encore la maîtrise des marchés publiques et leur régulation sont une base essentielle pour réaliser une bonne gouvernance technique, mais aussi un enjeu majeur pour préserver la réputation de nos compatriotes qui se sont engagés à servir l’Etat, à servir la communauté. Il a invité tout un chacun à faire de l’éducation à la régulation des marchés, une priorité, car il est un outil essentiel pour réaliser l’un des engagements de l’Etat, à savoir transformer qualitativement la gouvernance publique au Togo.

ATOP/AOF/AR

A lire aussi