Lacs/ environnement : le projet « appui à la création et à la gestion d’une réserve communautaire dans la biosphère Mono-Volta (îles d’Aného) » lancé

Lacs/ environnement : le projet « appui à la création et à la gestion d’une réserve communautaire dans la biosphère Mono-Volta (îles d’Aného) » lancé

Aného, 25 nov. (ATOP) – Le projet « d’Appui  à la création et à la gestion d’une réserve communautaire dans la biosphère Mono-Volta (îles d’Aného) » a été lancé le mardi 23 novembre à Aného.

Ce projet est porté par la Fondation « Aquéréburu and partners » en collaboration avec le Togo De Demain (LTD). C’est un sous projet de la gestion des forêts de mangroves du Sénégal au Benin « PAPBIO.C1-Mangroves » financé par l’Union Européenne et mis en œuvre par l’Union internationale  pour la Conservation de la Nature (UICN).

Il a pour objectif de conserver et de restaurer l’écosystème de la mangrove sur les îles d’Aného situées en face de la mairie à travers la création d’une réserve communautaire dans la biosphère du Mono-Volta. Il s’agit d’obtenir un cadre légal de gestion des îles d’Aného et le plan d’aménagement et de gestion. Il permettra de restaurer l’écosystème des mangroves sur l’île d’Aného et de contribuer à la création des activités génératrices de revenus (AGR) pour les populations impactées.

Le projet va consister à replanter des mangroves pour créer autour  de l’île de la biodiversité, et lutter contre l’avancée de la lagune et enfin  créer des activités génératrices de revenus telles que le maraichage, l’apiculture et  la pisciculture. Il permettra également d’acquérir un bac motorisé pour l’accès facile à l’île et les activités touristiques.

« Les enjeux actuels de développement à l’échelle planétaire, y compris les  questions relatives aux modèles de production et de consommation qui sous-tendent ce besoin de développement économique, constituent une préoccupation majeure dans les débats et rencontres organisés dans le domaine de la protection de la nature», a indiqué le président de la Fondation, Aquéréburu Coffi Alexis, maire de la commune des Lacs 1. Il a souligné qu’au Togo, le nombre d’hectares de mangroves diminue de jour en jour du fait de la pression anthropique, d’une utilisation non rationnelle des ressources, des conditions édaphiques dues au changement climatique pour expliquer le bien fondé du projet. Il a exprimé sa reconnaissance aux partenaires financiers et exhorté la communauté à s’approprier le projet en vue de sa réussite.

Le directeur préfectoral de l’Environnement et des Ressources Forestières-Lacs, capitaine Ghazy Djamyl a relevé l’importance des arbres dans la vie et le développement socioéconomique. Il a indiqué que le projet se situe dans la dynamique de la vision et de la  feuille de route du gouvernement notamment à planter un milliard d’arbres d’ici 10 ans. Il a rassuré les promoteurs de la disponibilité et de la volonté de son service à les accompagner pour la réussite du projet.

Le secrétaire général de la préfecture des Lacs, Lawson Laté Agbo a salué ce projet qui vient en appui aux efforts du gouvernement en matière de la protection de l’environnement. Il a remercié la Fondation « Aquéréburu and Partners » pour ses multiples actions en faveur de la population et du développement du milieu.

ATOP/DK/TJ

A lire aussi