Kéran/ Commission nationale des droits de l’homme : la présidente de l’institution, feue Nakpa Polo, inhumée dans son village natal

Kéran/ Commission nationale des droits de l’homme : la présidente de l’institution, feue Nakpa Polo, inhumée dans son village natal

Kantè, 5 sept. (ATOP)- La présidente de la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH), Eugénie Nakpa Polo, rappelée à Dieu le 16 août dernier, a été inhumée le samedi 4 septembre dans son village natal à Kantè.

Les cérémonies funèbres se sont déroulées en présence du représentant du chef de l’Etat, le ministre des Transports routier, ferroviaire et aérien, Affoh Atcha-Dedji assisté du ministre en charge des Droits de l’Homme, Christian Trimua. Diverses personnalités, des autorités politiques, administratives, traditionnelles ainsi que des familles parentes, alliées et amies ont rendu un dernier hommage à la désormais présidente de la CNDH décédée au Centre hospitalier universitaire (CHU) Sylvanus Olympio dans sa 65è année.

Avant l’inhumation dans la stricte intimité familiale, l’évêque de Kara, Monseigneur Jacques Danka Longah a présidé la messe d’enterrement sur le terrain du lycée moderne Kantè Ville 1. Les évêques émérites Dominique Guigbile et Jacques Agnilounda ainsi qu’un collège de prêtres ont concélébré cette messe animée par les chorales Sainte Cécile et Esprit Lumière de la Cathédrale de Kara, Saint Jean-Marie Vianney et Sainte Famille de la paroisse Saint Joseph de Kantè.

Dans son homélie tirée de l’évangile de Saint Mathieu au chapitre 5, versets 1 à 12, l’évêque de Kara a exhorté tous les fidèles à se confier à Dieu dans une attitude d’adoration en adoptant une vie tant active que saine dans la recherche du salut divin. Le prélat a invité chaque chrétien à soigner quotidiennement sa vie et à être au service des autres.

Déjà le jeudi 2 septembre, le président de la République Faure Gnassingbé a présidé une cérémonie d’hommage national à l’illustre disparue. Le Premier ministre, Mme Victoire Tomégah-Dogbé et de la présidente de l’Assemblée nationale, Yawa Tsègan ainsi que des membres du gouvernement et diverses personnalités ont assisté à cette cérémonie en honneur d’une femme battante et fortement engagée dans la lutte contre les violations des droits de l’homme.

Une femme  battante et engagée

Première femme à présider aux destinées de la CNDH, depuis sa création en 1987, Mme Polo a été élue à la tête de cette institution le 25 avril 2019. Très sensible aux droits humains, elle a consacré près de 29 ans dans le secteur de la protection et de la défense des droits de l’homme. Directrice de la protection et de la défense des droits de l’Homme, la défunte a été directrice des droits de l’Homme pendant près de 19 ans. Elle a assumé d’autres responsabilités comme ambassadeur, représentant permanent de la République togolaise auprès de l’Office des Nations unies et des autres organisations internationales à Genève et membre du comité d’experts africains sur les droits et le bien-être de l’enfant. Mme Polo a été également secrétaire d’État auprès du ministre de la Justice et des Relations avec les institutions de la République, chargée des droits de l’Homme.

ATOP/PAP/AJA

A lire aussi