Crise socio-politique au Mali : le ministre Diop note des avancées dans la résolution

Crise socio-politique au Mali : le ministre Diop note des avancées dans la résolution

Lomé, 7 sept. (ATOP) – « Des avancées ont été notés dans la résolution de la crise socio-politique du Mali », a relevé le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, lors d’une conférence de presse tenue le mardi 6 septembre à l’issue des travaux de la 3e réunion du groupe de soutien à la transition au Mali.

Cette conférence de presse a été co-animée par le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et des Togolais de l’extérieur, Prof Robert Dussey. Elle a permis d’éclairer les professionnels des médias sur l’évolution du processus de transition au Mali.

Selon les orateurs, malgré les avancées relevées dans la résolution de la crise socio-politique au Mali, « le pays fait toujours face aux défis sécuritaires, humanitaire et de défense ». Les conférenciers soutiennent que le dialogue doit davantage se poursuivre dans une « approche inclusive et dynamique pour la reconstruction totale du Mali ».

Le ministre Diop a informé la presse que les travaux du groupe de soutien ont porté sur des éléments qui concourent au retour à l’ordre constitutionnel de son pays notamment la préparation des élections, la situation sécuritaire et économique ainsi que les défis à relever dans le processus de paix. Il a précisé que le retour à l’ordre constitutionnel reste « la priorité du peuple malien ». Cependant, dit le diplomate malien, « il faut créer un minimum de stabilité sécuritaire permettant d’organiser des élections car, sans une situation sécuritaire garantie, même le président élu fera face à ces mêmes difficultés ».

Le ministre Diop a ajouté qu’en décembre 2021, le gouvernement de transition s’est engagé dans une lutte sécuritaire du pays en mettant en place des opérations militaires de grande envergure et une nouvelle stratégie de sécurisation. Le diplomate a rassuré son auditoire du respect et de la transparence du chronogramme électoral eu égard aux mécanismes de suivi mis en place par l’Union africaine, la CEDEAO et des Nations unies. M. Diop a salué la diplomatie togolaise ayant abouti à la libération des trois militaires féminins sur les 49 détenus.

Le ministre de la diplomatie togolaise a, pour sa part, mentionné le rôle de facilitateur joué par son pays sous le leadership du président de la République, Faure Gnassingbé. Prof. Dussey a signifié que des pourparlers se poursuivent entre la République de la Côte d’Ivoire et l’Etat malien afin de « trouver des solutions à la libération des autres soldats détenus ». Le diplomate togolais a réitéré l’engagement de son pays à œuvrer pour la paix, la concorde entre les deux Etats et la sécurité dans la sous-région.

Les questions liées aux défis humanitaires ont été abordées par la Commissaire de l’Union africaine à la santé, aux affaires humanitaires et au développement social, Mme Minata Samaté Cessouma. Elle a  relevé les facteurs qui favorisent ces défis, entre autres, des attaques terroristes, des conflits qui engendrent les déplacements forcés des populations ainsi que la sécheresse, les inondations et les changements climatiques.

Le commissaire aux Affaires politiques, à la paix et à la sécurité de la CEDEAO, Dr Abdel-Fatau Musah, le représentant spécial du secrétaire général pour la mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali, El-Ghassim Wane, et le Commissaire aux Affaires Politiques, à la Paix et à la Sécurité de l’Union africaine, Bankole Adeoye ont également participé à cette conférence de presse.

ATOP/BA/DHK

Digiqole Ad

Article similaire