Concours d’entrée à l’ENFS: la ministre Anakoma-Apedoh s’assure du bon démarrage des épreuves  à Lomé

Concours d’entrée à l’ENFS: la ministre Anakoma-Apedoh s’assure du bon démarrage des épreuves à Lomé

Lomé, 11 oct. (ATOP) – Le concours d’entrée à l’Ecole nationale de formation sociale (ENFS), session 2021, a démarré, le samedi 9 octobre, dans les cinq régions du pays. Pour s’assurer du bon démarrage des épreuves, la ministre de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation, Mme Adjovi Lolonyo Anakoma-Apedoh accompagnée de ses proches collaborateurs s’est rendue dans le centre d’écrit de Lomé.

Placé sous la tutelle du ministère de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation, ce concours permet de recruter des élèves pour la promotion 2021-2024. L’objectif est de mettre sur le marché de l’emploi des agents sociaux capables de répondre aux besoins des plans de développement du pays, de coordonner l’action sociale dans les milieux ruraux et urbains et de renforcer les capacités des communautés à la base.

L’ENFS forme, en trois ans, deux catégories de travailleurs sociaux classés dans deux cycles à savoir le cycle 1 ouvert aux titulaires du Brevet d’étude du premier  cycle (BEPC) pour la formation des Agents de promotion sociale (APS) et le cycle 2 pour les détenteurs du BAC II pour la formation des Cadres supérieurs du développement social (CSDS). Le cycle 2 est réparti en trois options à partir de la deuxième année, notamment les options éducation, assistance sociale et développement local participatif.

Le nombre de places disponible pour cette promotion est de 50 pour chaque cycle. Les candidats composent dans deux matières à savoir le français et la culture générale dans les centres d’écrits de Lomé, Atakpamé, Sokodé, Kara et Dapaong. Ils sont au nombre de 91 dont 54 filles pour le cycle 1 et 755 dont 472 filles pour le cycle 2.

La ministre Anakoma-Apedoh a dit avoir constaté le bon démarrage des épreuves dans le respect des mesures barrières.  Elle a confié que ce concours est une opportunité à saisir par les candidats en vue de se spécialiser dans le domaine de l’affaire sociale pour aider les populations à prendre conscience de leurs problèmes, à les analyser et à s’organiser pour les résoudre. La ministre en charge de l’Action sociale a rappelé que, pendant ces 10 dernières années, l’ENFS a formé et mis sur le marché de l’emploi 934 agents sociaux qui travaillent dans les structures publiques et privées, les organisations internationales et les institutions financières.

ATOP/DTV/OAF

A lire aussi