Agou/ Projet femmes et cantine scolaire à kolo missahome :

Agou/ Projet femmes et cantine scolaire à kolo missahome :

LES ACTIVITES DE PRODUCTION DE CHAMPIGNONS BIOLOGIQUES COMESTIBLES, DE MIEL ET DE

CULTURES MARAICHERES DEMARREES

Kpalimé, 29 juin (ATOP) – Les activités de production de champignons biologiques comestibles, de miel et de cultures maraichères ont été lancées le samedi 27 juin à Kolo-Missahomé, à 15 au nord-est de Agou-gare.

Initiées par la coordination du Projet femmes et cantines en faveur des femmes et élèves du village de Kolo-Missahomé dans le cadre de la mise en œuvre du projet Femmes et cantine, ces activités ont reçu le soutien  financier du Rotary club Lomé Doyen.

La réalisation de ces activités permettra, de disposer des ressources favorables à la mise en œuvre d’une cantine scolaire, à l’autonomisation des femmes et contribuer à l’éducation efficiente des enfants de Kolo-Missahomé, de susciter un éveil de la population des jeunes puis de favoriser un développement durable de la biodiversité, une dynamique coopérative et entrepreneuriale des femmes et des jeunes pour l’amélioration de leur cadre de vie.

Le coordonnateur du projet Femmes et cantine, Akakpo Kodjovi a présenté l’analyse des résultats obtenus durant la phase initiale. Selon lui, cette analyse permet de noter une dynamisation des bénéficiaires, un engouement pour leur adhésion à une coopérative, une volonté de la population à introduire des champignons et du miel dans leur habitude alimentaire. Il a été noté une volonté des bénéficiaires à améliorer leurs revenus par l’introduction des bonnes pratiques de cultures maraichères dans leurs systèmes de cultures agricoles.

 

«  L’éducation de l’enfant reposant principalement sur la mère, les acteurs principaux de ce projet femmes et cantine qui sont les femmes volontaires de Kolo-Missahomé, se sont engagées solidairement pour l’éveil de l’enfant à travers une alimentation saine et équilibrée », a expliqué M. Akakpo.

Il a fait cas des activités réalisées et les résultats obtenus dans la production de champignon comestible biologique et mis en exergue les difficultés inhérentes à la production de ce champignon comestible biologique ainsi que dans la culture maraichère.

Quant à l’apiculture, M. Akakpo a indiqué qu’au début des activités du projet, des huit ruches installées, seules sept sont actuellement opérationnelles. Parmi les ruches opérationnelles, la capture des abeilles n’est effective que dans deux.

En termes de perspectives, le coordinateur a souhaité que d’ici la fin de l’année scolaire 2020-2021, la cantine scolaire puisse démarrer, qu’un mécanisme de motivation interne pour les bénévoles soit trouvé, qu’un financement pour la mise en place d’un système de pompage et de distribution d’eau pour le site du maraichage et de la champignonnière soit obtenu et que la coopérative des bénéficiaires du projet soit formalisée.

Sur le plan de l’éveil des enfants, il a émis le vœu que les ressources du projet puissent permettre d’améliorer un cadre de vie adéquat avec des dispositifs adaptés et recommandés pour les jeux des enfants à la maternelle et pour l’assainissement d’eau pour l’EPP Kolo-Missahomé.

La rencontre a été également marquée par la remise de matériel de travail notamment des combinaisons et quelques ruches aux apiculteurs, une visite de la champignonnière, de quelques ruches suivie de la mise en terre de quelques arbres.

Pour la présidente 2019-2020 du Rotary Club Lomé Doyen, Mme Evelyne Nikoué, la dignité de la femme c’est son autonomie, c’est son travail. « Une femme qui peut produire et nourrir son enfant, l’accompagner dans son éducation, c’est sa mission divine, la maman vient sur la terre pour cette mission », a-t-elle expliqué. D’après elle, pour assurer l’autonomie des femmes, il faut développer des activités qui peuvent augmenter l’économie, la liberté de la femme et l’équilibre de la famille. Mme Nikoué a expliqué aux femmes de Kolo-Missahomé les avantages de la consommation des champignons comestibles et les vertus du miel ainsi que l’importance des abeilles dans l’écosystème à travers le développement des arbres et l’équilibre de la nature.

Par ailleurs, Mme Nikoué et le 1er adjoint au maire d’Agou 1, Yovo Yao ont dévoilé à Avétonou la plaque indicative de la zone de production de miel, de champignon et de cultures maraichères.

Le 1er adjoint au maire de la commune d’Agou 1, a rappelé l’importance du rôle que joue la femme dans les sociétés. « C’est sur la femme que repose tout le poids  de la famille, sans la femme beaucoup de familles peuvent ne pas survivre » a-t-il expliqué. Aussi, a-t-il invité la population à tirer profit de ce projet qui leur procurera des ressources pour assurer l’éducation de leurs enfants en leur offrant une cantine scolaire gage de stabilité physique et morale et de réussite dans leurs apprentissages.

Pour le représentant du chef du village, M. Akakpo Koami, cette phase du projet a connu un succès, dont les résultats ont permis d’apprécier le dynamisme des bénéficiaires, leur engouement à une adhésion à un groupement et leur volonté à renouer avec le miel et le champignon dans leur habitude alimentaire.   ATOP/AYH/TGB

A lire aussi